Rennes: La grève se poursuit à l’hôpital psychiatrique Guillaume Régnier

SOCIAL Le ministère a annoncé le déblocage d'une enveloppe de 1,648 million d'euros...

J.G. avec AFP

— 

Démarré le 7 novembre, la grève se poursuit à l'hôpital Guillaume Régnier à Rennes.

Démarré le 7 novembre, la grève se poursuit à l'hôpital Guillaume Régnier à Rennes. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

La mobilisation ne faiblit pas au centre hospitalier Guillaume Régnier (CHGR) à Rennes. Démarré le 7 novembre à l’appel du syndicat Sud Santé Sociaux, le mouvement de grève se poursuit en ce début d’année malgré le déblocage de 1,648 million d’euros par le ministère de la Santé. « Le ministère n’a pas encore répondu à la demande d’ouverture de 20 lits supplémentaires et à la création de 15 emplois », estime SUD Santé dans un communiqué.

Une nouvelle assemblée générale mardi

« Trop de soignants et d’agents sont en souffrance au travail du fait de ce management par la peur opéré au CHGR, sans oublier la situation précaire des agents contractuels. Nous n’avons pas résolu la problématique des sous-effectifs et de surcapacité des lits », indique Jacques Mény de SUD Santé. « Sur l’enveloppe globale, il y a à peine 300.000 euros pour 2018, le reste c’est de la dotation en investissement », poursuit-il.

>> A lire aussi : Hôpital Psychiatrique de Cadillac en Gironde: «Chaque jour, on se demande qui va se faire taper !»

Réunis en assemblée générale mardi, les salariés de l’hôpital ont décidé la poursuite du mouvement de grève. Une nouvelle assemblée générale doit se tenir mardi prochain.