Le cancer du poumon devrait devenir plus mortel que le cancer du sein chez les femmes françaises

ETUDE Les progrès médicaux et la prévention autour du cancer du sein porteraient leurs fruits…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'une femme passant mammographie pour le dépistage précoce du cancer du sein.

Illustration d'une femme passant mammographie pour le dépistage précoce du cancer du sein. — S.POUZET/SIPA

Le cancer du poumon devrait prochainement dépasser le cancer du sein concernant la mortalité chez les femmes françaises.

Les progrès médicaux et l’effort de prévention réalisés autour du cancer du sein expliquent en partie ce phénomène.

400.000 nouveaux cancers en 2017 en France

C’est ce qu’indique le rapport sur les projections d’incidences et de mortalité par cancer en 2017, communiqué ce mardi par Santé publique France. Basées sur des données récoltées jusqu’en 2013, ces projections estiment à 400.000 le nombre de nouveaux cancers sur l’ensemble de la population française lors de l’année qui vient de se terminer. Et à 150.000 le nombre de personnes mortes de la maladie sur la même période.

46 % des nouveaux diagnostics ont touché des femmes et ces dernières représentent 44 % des décès liés à un cancer. Le cancer du sein était encore le plus meurtrier dans la population féminine (11.900 décès), devant celui du poumon (10.200 décès) et du côlon rectum (8.400 décès). Mais « ces nouvelles projections montrent que la mortalité par cancer du poumon chez la femme se rapproche de plus en plus de la mortalité par cancer du sein », indique Santé publique France.

>> A lire aussi : Algérie: Des malades du cancer rejetées par leur mari après une ablation du sein

Le cancer de la prostate est le plus répandu chez les hommes

Chez les patients de sexe masculin, le cancer le plus répandu est celui qui touche la prostate tandis que c’est le cancer du poumon qui a tué le plus d’hommes l’année dernière.

Ces tendances ne sont pas des données constatées mais constituent seulement des projections. Pour être certain que les spécialistes de Santé publique France ont vu juste, il faudra attendre 2019 et la publication des chiffres officiels pour l’année 2017.