Cancer du sein: La contraception hormonale augmenterait bien le risque

ETUDE Une étude a suivi 1,8 million de femmes âgées de 15 à 49 ans pendant 11 ans en moyenne...

20 Minutes avec agence

— 

La pilule contraceptive pourrait augmenter le risque de cancer du sein selon une étude.

La pilule contraceptive pourrait augmenter le risque de cancer du sein selon une étude. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

La contraception hormonale augmenterait les risques de développer un cancer du sein. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs danois et écossais, publiée jeudi dans The New England Journal of Medicine.

Si d’autres enquêtes avaient déjà évoqué cette relation, cette étude prend en compte l’effet des contraceptifs hormonaux récents, à l’image des pilules de 3e ou 4e génération, des dispositifs intra-utérins ou les progestatifs injectables, entre autres.

Un risque limité chez les jeunes

Pour établir ces conclusions, les chercheurs ont analysé les données de 1,8 million de femmes, qui utilisent ou non des contraceptifs, âgées de 15 à 49 ans. Ils les ont suivies pendant 11 ans en moyenne. Sur l’ensemble de cette période et de ce panel, les scientifiques ont relevé 11.517 cancers du sein.

Selon les observations, plus les femmes prenaient un contraceptif hormonal depuis longtemps, plus le risque de développer un tel cancer était élevé. Toutefois, les chercheurs tiennent à relativiser en indiquant que sur cette tranche d’âge, le risque de cancer du sein reste relativement limité, avec moins de 1 % de cas.

>> A lire aussi : Polémique sur la pilule: «C'est dommage que la pilule soit tant plébiscitée par les médecins»

La durée de la prise de pilule, un facteur aggravant

La durée de la prise de la pilule pourrait donc être un facteur aggravant. Le risque de développer un cancer du sein ne serait pas plus élevé si une femme prend le contraceptif depuis moins d’un an. En revanche, au-delà de 10 ans, il augmenterait de 26 à 51 %. Et de 11 à 33 % pour les dispositifs intra-utérins.

Par ailleurs, les femmes âgées seraient davantage concernées par ce risque accru d’après les données collectées par les chercheurs.

>> A lire aussi : La désaffection pour la pilule contraceptive se poursuit