Lutte contre la pauvreté: La concertation est officiellement lancée par Agnès Buzyn

STRATEGIE « L’objectif est d’éviter que les enfants tombent dans la pauvreté, et que les enfants pauvres d’aujourd’hui ne deviennent les pauvres de demain », a déclaré la ministre des Solidarités et de la Santé...

20 Minutes avec AFP

— 

La ministre de la santé Agnès Buzyn a révélé avoir été victime de comportements déplacés dans le cadre de son travail.

La ministre de la santé Agnès Buzyn a révélé avoir été victime de comportements déplacés dans le cadre de son travail. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Agnès Buzyn a officiellement lancé ce lundi la concertation sur une nouvelle stratégie de lutte contre la pauvreté, ciblant en priorité les enfants et les jeunes, comme l’avait annoncé Emmanuel Macron en octobre.

>> A lire aussi : A quoi va ressembler la stratégie d'Emmanuel Macron pour lutter contre la pauvreté?

« L’objectif est d’éviter que les enfants tombent dans la pauvreté, et que les enfants pauvres d’aujourd’hui ne deviennent les pauvres de demain », selon la ministre des Solidarités et de la Santé, citée dans le dossier de presse. Trois millions d’enfants en France - soit un enfant sur cinq - vivent sous le seuil de pauvreté.

Cette concertation mobilisera l’ensemble des acteurs, assure Agnès Buzyn. Dix journées d’échanges seront organisées d’ici à mars en régions, dont une en outre-mer.

Des conclusions présentées début avril

En parallèle, six groupes de travail thématiques vont étudier les moyens d'« éradiquer la pauvreté des enfants », favoriser l’insertion des jeunes, améliorer la prévention, l’accès aux droits, renforcer la lutte contre l’exclusion, et impliquer les collectivités territoriales.

Ces groupes de travail doivent être installés « avant Noël », et leurs rapports de synthèse seront publiés à la « mi-mars », selon le dossier de presse. Les conclusions seront présentées au président Emmanuel Macron début avril, au Conseil économique, social et environnemental (Cese).

Un nouveau délégué interministériel nommé

Olivier Noblecourt, récemment nommé délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes, doit organiser la concertation avec le gouvernement et les administrations, les collectivités territoriales, les associations et les personnes concernées, et coordonner les travaux de préparation de la future « stratégie de prévention ».

En janvier, un espace internet dédié permettra aux citoyens, acteurs associatifs, élus locaux ou entreprises de lui faire part de leurs réflexions.