Cannabis: Le «joint» électronique «apparaît comme légal», affirme le ministère de la Santé

INNOVATION La molécule de cannabinol (CBD) serait autorisée pour cet usage, à l’inverse du THC…

D. D.

— 

Des pieds de cannabis. Illustration.

Des pieds de cannabis. Illustration. — M. Allili / Sipa

Le ministère de la Santé a pris ce mercredi le contre-pied de l’Agence du médicament (ANSM) concernant l’interdiction de e-liquides au cannabinol (CBD), une molécule du cannabis, en vente libre.

Pour le ministère, ce composant « apparaît comme légal » selon les informations de nos confrères du Parisien. Il s’agirait d’une « dérogation à la législation ».

>> A lire aussi : «Joint électronique»: Vapoter du CBD, une molécule dérivée du cannabis, peut-il rendre accro?

Une autorisation qui ne vaut que pour le vapotage

Si dans l’Hexagone la détention, la fabrication, le transport de cannabis et de ses dérivés dont le CBD ne sont pas autorisés, « la commercialisation de variétés de cannabis, dépourvues de propriétés stupéfiantes, peuvent l’être, ce qui est le cas du cannabinol », poursuit le quotidien.

Car à l’inverse du THC, le CBD ne provoquerait pas d’effet de défonce. Le ministère indique que ces produits ne doivent être utilisés que pour le vapotage et ne doivent contenir qu’une dose infime de THC (inférieure à 0,2 %). Dernière recommandation : les fabricants et vendeurs ne doivent pas présenter le cannabis sous un jour « favorable ». L’Agence du médicament et la Répression des fraudes ont été saisies afin de mettre en place des contrôles.