Un homme de 40 ans est atteint d’un surprenant symptôme : il est pris d’importants maux de tête à chaque fois qu’il regarde un film à caractère pornographique.

Une équipe de neurologues et de sexologues du Kaohsiung Chang Gung Memorial Hospital, à Taïwan, a rapporté ce cas rare dans le numéro de novembre de la revue Clinical Neurology and Neurosurgery.

Une énigme pour les médecins

« La perception visuelle du signal érotique par le cerveau induit une excitation sexuelle, voire un orgasme chez certains individus. L’excitation sexuelle entraîne des modifications du débit des artères intracrâniennes. (…) Nous pensons que la personne présentant une céphalée induite par la pornographie répond de façon anormale à la stimulation visuelle érotique », ont détaillé les docteurs Hsin-Ling Yin et Wei-Hsi Chen.

>> A lire aussi : Violences faites aux femmes: Pourquoi Macron veut mieux réguler l’accès des jeunes à la pornographie

Pour les médecins, ce cas est vraiment atypique car l’homme ne souffre de migraines​ que lorsqu’il regarde un film pornographique. Il ne consomme pas non plus de drogue, ni de médicaments et il n’a pas d’antécédent de traumatismes crâniens.

Douleurs au sommet du crâne, palpitations, gorge sèche…

Pour tenter de comprendre, les docteurs lui ont fait passer une batterie d’examens. Tous se sont révélés normaux. Ils ont fini par demander à ce Taïwannais de regarder un film pornographique. Comme à son habitude, il a été victime de douleurs au sommet du crâne, dans les tempes, le cou sans oublier une rougeur au visage, des palpitations, la respiration rapide et une sensation de gorge sèche.

>> A lire aussi : Lorraine: Pour cause de maux de tête, un père de famille décide de disjoncter son compteur Linky

L’homme a alors passé un doppler transcrânien, destiné à évaluer la vitesse des flux sanguins dans les artères intracrâniennes. Les résultats amènent les auteurs de l’étude à penser que le patient souffre d’un « dysfonctionnement cérébrovasculaire induit par l’excitation sexuelle ».

Un trouble peut-être plus fréquent qu’on ne le pense

L’homme a regardé un autre film porno mais, cette fois, après avoir ingéré un anti-inflammatoire. Il n’a ressenti aucune douleur.

Les médecins pensent que ces maux de tête pourraient aussi être dus à un sentiment d’anxiété, de honte ou de culpabilité. Ils estiment que la céphalée liée à la pornographie pourrait être plus fréquente qu’on ne le croit. « Nous préparons une enquête en ligne pour mieux évaluer la fréquence de ce trouble », a confié le docteur Hsin-Ling Yin, cité par le blog Réalités biomédiacles.

Mots-clés :