• En 2014, des scientifiques australiens annonçaient qu'une molécule d'un fruit avait permis de soigner certaines tumeurs.
  • Depuis, cette annonce est reprise sur des sites alternatifs qui proclament qu'un fruit « détruit le cancer en quelques minutes. »
  • Mais cette nouvelle molécule, si elle est efficace, ne permettrait pas de soigner tous les types de cancer.

Un fruit capable de guérir le cancer en quelques minutes ? Il s’agirait des étonnantes propriétés des graines de l’arbre blushwood, qui ne pousse que dans une partie de l’Etat du Queensland en Australie.

Une efficacité prouvée par une seule étude

D’après une première étude, une injection de la molécule, brevetée sous le nom EBC-46, dans les modèles de mélanome, ainsi que dans des cancers de la tête, du cou et du colon chez des animaux a détruit les tumeurs dans plus de 70 % des cas. Toutefois, le EBC-46 ne serait pas adapté pour traiter les cancers avec métastases.

Cette découverte est relayée sur Facebook et sur des sites s’intéressant aux traitements alternatifs. Problème : cette annonce a été faite par des scientifiques en 2013 et sur la base d’une seule étude.

FAKE OFF

Que s’est-il passé depuis ? Contactée, Qbiobtics, la société qui a financé les tests, n’a pas donné suite à notre demande.

>> A lire aussi : VIDEO. Non, le corossol n'est pas un fruit qui traite le cancer

Qbiotics indique sur son site Internet que le recrutement pour les deux premières phases des essais cliniques sur des humains est maintenant terminé. Ces phases d’essai sont presque terminées, indiquait en mars une des responsables de la société au journal The Cairns Post. La molécule devrait être disponible à la commercialisation pour un usage sur les humains « d’ici quatre à cinq ans », précise la responsable.

Un autre produit à base d’EBC-46 et destiné aux chiens sera lui « probablement disponible dans les deux ans », ajoute The Cairns Post.

>> A lire aussi : Cancer : Attention à cette citation anti chimio, qui date de... 50 ans

En attendant, il est inutile de chercher à consommer ce fruit. Le EBC-46 n’est qu’une des molécules présentes dans le fruit et elle est obtenue grâce un processus scientifique complexe. Ingérer le fruit pourrait même mener à des complications, prévient le docteur Paul Redell, directeur exécutif et scientifique de QBiotics. « Beaucoup d’autres composants chimiques présents (dans le fruit) peuvent très probablement nuire ou même se révéler toxiques pour les humains. » Attention donc aux sites qui prétendent vendre ce fameux fruit…

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.

Vous souhaitez que l’équipe vérifie une information ? Réagissez dans les commentaires ci-dessous ou envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.