Nice: ExactCure crée le jumeau virtuel qui gobe les médicaments à votre place

HIGH TECH Ce dispositif permet de lutter contre la surmédicamentation... 

Mathilde Frénois

— 

Frédéric Dayan et Fabien Astic, fondateurs d'ExactCure, sont basés à l’incubateur Paca Est.

Frédéric Dayan et Fabien Astic, fondateurs d'ExactCure, sont basés à l’incubateur Paca Est. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Et si le patient n’était plus le seul à avaler ses médicaments ? Les Azuréens Frédéric Dayan et Fabien Astic ont créé un avatar qui gobe les petites gélules avant le malade. Objectif de ce dispositif médical développé au sein de la  start-up ExactCure : maîtriser la posologie et suivre l’action des molécules en temps réel.

« On modélise les médicaments dans l’industrie pharmaceutique. Mais une fois arrivés dans le tiroir des pharmacies, on oublie cet outil, regrette le cofondateur Frédéric Dayan. Or il y a un intérêt à utiliser cette modélisation : chaque année, 18.000 personnes meurent d’un traitement inadapté, c’est trois fois plus que les accidents de la route. »

Âge, poids, antécédents

Et ces erreurs coûtent cher, à hauteur de dix milliards d’euros par an à la sécurité sociale. ExactCure crée alors un jumeau virtuel. L’avatar a exactement les mêmes caractéristiques que le patient (sexe, âge, poids, antécédents médicaux, traitements…) et avale les cachets le premier. « Sur l’écran du smartphone, une horloge apparaît, détaille Frédéric Dayan. Elle indique quand le médicament fera effet et quand il stoppera son action. »

Ainsi, le soin est personnalisé et anticipé grâce à cette application. « La médecine devrait être de la haute couture, fait-il remarquer. Mais, dans les faits, elle pratique plutôt la taille unique. »

Jusqu’à Las Vegas

Prévue pour début 2019, ExactCure est à la recherche d’investisseurs pour son développement. Ses fondateurs envisagent une levée de fonds de cinq millions d’euros sur quatre ans.

Ayant intégré l’incubateur PacaEst, ExactCure a reçu des prix à Get in the ring ou encore à la 3 D Expérience Lab de Dassault. En janvier, ses fondateurs s’envoleront au CES de Las Vegas.