Australie: Une fillette de 5 ans va bientôt être ménopausée

MALADIE Atteinte de la maladie d’Addison qui se manifeste notamment par une puberté précoce, la petite Emily a eu de la poitrine à 2 ans et ses premières règles à 4 ans…

20 Minutes avec agence

— 

Une fillette de cinq ans atteinte de la maladie d'Addison va bientôt être ménopausée. (illustration)

Une fillette de cinq ans atteinte de la maladie d'Addison va bientôt être ménopausée. (illustration) — Pixabay

Emily Dover, une petite Australienne âgée de 5 ans seulement, va pourtant être très prochainement ménopausée.

Les médecins qui suivent la fillette atteinte de pathologies multiples vont en effet lui administrer un traitement destiné à corriger le deséquilibre hormonal dont elle souffre. Avec pour conséquence l’arrivée de la ménopause chez cette enfant au développement extrêmement précoce.

Des règles à quatre ans

Car comme le raconte le Mirror, la petite fille de Gosford (Australie) a connu ses premières poussées d’acné et a vu ses seins se former dès l’âge de 2 ans. Et deux années plus tard, Emily a commencé à avoir ses règles avant qu’une pilosité excessive ne se développe sur ses bras, son dos et son vagin.

La fillette s’est également mise à dégager une forte odeur corporelle et est beaucoup plus grande que ses camarades du même âge. A l’âge de quatre semaines, elle a ainsi grandi de 4 centimètres en sept jours. Consciente de ces manifestations mais incapable d’en comprendre la raison, la petite Australienne vit mal la situation.

>> A lire aussi : Règles et ménopause tardives augmenteraient l'espérance de vie

Une campagne de participation en ligne

« Elle n’a jamais eu la possibilité d’être une petite fille », regrette Tam Dover, la mère de l’enfant. En plus de cette puberté prématurée, Emily est atteinte de problèmes sensoriels, d’anxiété, de troubles du spectre de l’autisme et d’insuffisance surrénalienne. Ces symptômes sont typiques de la maladie d’Addison, que les médecins ont finalement diagnostiqué chez leur jeune patiente après des années d’hésitation.

S’il va précipiter la ménopause d’Emily, le traitement que reçoit la petite fille sous forme d’injections devrait améliorer son état. Mais les médicaments sont chers. Chaque piqûre coûte l’équivalent d’environ 1.230 euros. Les parents de la fillette ont donc lancé une campagne de financement participatif en ligne. L’initiative est un succès puisqu’en à peine deux semaines, l’objectif fixé par les Dover a été largement dépassé.

>> A lire aussi : Ménopausée à 23 ans, elle attend des jumeaux grâce au don d’ovules de sa sœur

 

Mots-clés :