Les implants de stérilisation Essure des laboratoires allemands Bayer ne seront plus disponibles ailleurs qu’aux Etats-Unis. Le groupe pharmaceutique l’a annoncé ce lundi dans un communiqué.

La raison ? « Commerciale », d’après Bayer. Elle « vient élargir celle annoncée fin mai dernier d’arrêter la mise à disposition d’Essure dans la plupart des pays ». « Par conséquent, Bayer ne reprendra pas la commercialisation d’Essure en France et ne poursuivra pas la procédure de renouvellement du marquage CE d’Essure pour les pays européens, l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège », indique également le communiqué.

>> A lire aussi : Implants Essure: Comment fonctionne la contraception définitive?

« Le profil bénéfice-risque positif d’Essure demeure inchangé »

La commercialisation des implants Essure avait été suspendue pour trois mois dans l’Union européenne au début du mois d’août, l’organisme chargé de renouveler leur certification ayant requis des éléments complémentaires sur ce dispositif de contraception définitive.

Ces petits implants de stérilisation féminine en forme de ressort, commercialisés par le laboratoire allemand Bayer, sont contestés par certaines femmes, notamment en France et aux Etats-Unis, en raison d’effets indésirables parfois graves survenus après leur implantation. « Les victimes du dispositif Essure peuvent se réjouir qu’il soit définitivement retiré du marché en France. Cette solution correspond à ce que les victimes que je représente sollicitaient de longue date », a réagi dans un communiqué Me Charles Joseph-Oudin, avocat représentant plusieurs centaines de patientes françaises.

Dans son communiqué, Bayer a dit vouloir « rassurer les patientes, notamment celles porteuses d’Essure, ainsi que tous les professionnels de santé qui les accompagnent sur le fait que cette décision n’est pas liée à un problème de sécurité ou de qualité du produit ». « Selon son évaluation scientifique, le profil bénéfice-risque positif d’Essure demeure inchangé. La sécurité et l’efficacité d’Essure restent étayées par plus de dix années de recherche scientifique et d’expérience clinique en vie réelle », a insisté le groupe.