Sondage: Un Français sur deux freiné dans son parcours de santé à cause du jugement d'un soignant

EXCLUSIF Selon une enquête de BVA pour Zava, site de téléconsultation, plus de trois quarts des Français craignent ou ont vécu le jugement d’un professionnel de santé…

Oihana Gabriel

— 

Le 09 septembre 2011. Illustration d'une consultation chez un medecin generaliste en Essonne .

Le 09 septembre 2011. Illustration d'une consultation chez un medecin generaliste en Essonne . — V. WARTNER / 20 MINUTES

  • Une enquête, dévoilée en exclusivité par « 20 Minutes » donne la mesure de la défiance installée entre soignés et soignants.
  • Selon ce sondage, près de 4 Français sur 5 craignent ou ont expérimenté le jugement d’un praticien.
  • Ce qui bloque l’accès aux soins : la moitié de ces personnes interrogées n’a pas consulté ou retardé un rendez-vous.

« De toute façon à votre âge, vous n’avez pas de relation sexuelle ». Voilà la phrase qui a choqué Flavie, lors d’une première rencontre houleuse avec une gynécologue. « J’avais quinze ans, un copain sérieux et beaucoup de questions sur la pilule, le sida et autres MST, confie la jeune femme de 26 ans. Avec cette assertion, elle me disait que j’étais trop jeune pour avoir une vie sexuelle et m’interdisait toute demande. »

>> A lire aussi :Retrouvez notre interview de Baptiste Beaulieu: «Il faut écouter la souffrance, qu’elle vienne des soignés ou des soignants»

78 % des patients craignent le jugement d’un soignant

Flavie n’est pas seule à partager une expérience désagréable avec un médecin. Depuis quelques mois, médias et réseaux sociaux se font l’écho d’une impressionnante souffrance des patients, et en particulier des patientes.

Un problème de confiance reflété par un sondage de BVA pour Zava, site de téléconsultations médicales, que 20 Minutes dévoile en exclusivité ce lundi. En effet, 78 % des Français ont expérimenté ou craint le jugement d’un professionnel de santé. Une peur davantage exprimée chez les femmes : elles sont 83 % à redouter les remarques désobligeantes, inappropriées ou encore « la leçon de morale ». Et cette crise de confiance touche surtout les médecins : 74 % de ces jugements émanent des médecins contre 9 % des infirmiers.

Martin Winckler: «La médecine, c’est 80% de relationnel»

Un Français sur deux freiné dans son accès au soin

Et cette crainte ou mauvais souvenir n’encourage pas les Français à prendre soin de leur santé. Selon cette étude, 50 % des Français ont été freiné dans leur démarche médicale par crainte ou expérience du jugement d’un soignant. Un chiffre impressionnant, mais qui n’étonne pas le Dr Sophie Albe-Ly.

« Certains patients n’arrivent pas à aborder des sujets, surtout intimes, reconnaît cette généraliste depuis dix ans à Londres après une carrière française. Souvent, une consultation se termine, par "au fait docteur" et là, il aborde le vrai sujet que le préoccupe. Typiquement, un patient vient parce qu’il a mal au ventre, le médecin le rassure, mais en réalité il a peur d’avoir un cancer. Mais il se tait par crainte du jugement ou par peur du ridicule. » Pas évident pour le médecin de lire dans les pensées…

Infographie réalisée à partir d'un sondage BVA pour Zava, site de téléconsultations médicales sur les craintes des patients vis-à-vis des médecins.
Infographie réalisée à partir d'un sondage BVA pour Zava, site de téléconsultations médicales sur les craintes des patients vis-à-vis des médecins. - BVA ZAVA

 

Retarder un rendez-vous… ou éviter d’en parler

Cette peur porte parfois à conséquences. Selon ce sondage, la moitié des personnes interrogées qui ont retardé la consultation en ont subi des répercussions négatives : 16 % ont remarqué un impact sur leur santé et 41 % des effets psychologiques.

Parfois le médecin est le seul interlocuteur adéquat pour parler de problèmes intimes et quand cette porte se ferme, les dégâts peuvent être immenses. Taire ses souffrances et inquiétudes n’ont rien d’anodin, quand par exemple on retarde une visite chez les médecin alors qu’on redoute une petite boule dans le sein ou qu’on évite de se confier sur des rapports sexuels et règles douloureuses qui peuvent mettre sur la voie d’une endométriose…

« Le fait de ne pas avoir effectué un test pour les maladies sexuellement transmissibles m’a beaucoup angoissé, reconnaît Flavie, 26 ans. Et je ne l’ai toujours pas fait… » « Une infection sexuelle non traitée, cela peut déboucher sur une stérilité, renchérit le Dr Sophie Albe-Ly. Une MST peut être asymptomatique, donc on la transmet sans s’en rendre compte. Aujourd’hui, on voit une augmentation de l’infection par la chlamydia en France. »

Comment expliquer cette crise de confiance ?

Mais au-delà des craintes, beaucoup de patients ont souffert d’une réflexion maladroite ou pire. « Rien ne sert de généraliser ou blâmer à tout va, tranche le Dr Albe-Ly. Tous les médecins sont humains avec leur culture, leurs convictions, leur background. On a le droit d’avoir des opinions, mais on n’est est pas là pour faire la morale ! » Et la maltraitance est souvent involontaire, assure cette généraliste, tout comme Baptiste Beaulieu, célèbre généraliste et écrivain, interviewé par 20 Minutes sur ce sujet.

« Même sans le vouloir, parfois on ferme la porte, reprend Sophie Albe-Ly. Personnellement, je fais attention à poser des questions ouvertes, éviter les assertions, parler de partenaire pour ne pas crisper un patient homosexuel. A éviter le « quel est votre sexe ? » qui exclut les personnes transgenres. Des petits détails qui peuvent bloquer la communication. Après, c’est sûr qu’on ne peut pas faire attention à tout ! » Surtout quand c’est une trentaine de patients qui défilent chaque jour au cabinet…

Cette généraliste qui exerce depuis dix ans au Royaume-Uni reconnaît que la relation entre soignant et soigné a évolué. Mais la France n’est pas en avance… « On va vers un partenariat. Dans le système britannique, il y a moins cette relation verticale. Le médecin informe, accompagne, mais la décision revient au patient. » Une approche différente qui se lit aussi dans les études. « Au Royaume-Uni, j’ai suivi des cours sur comment faire dans un temps restreint pour amener le patient à nous dire la vraie raison de sa venue. Je pense que l’on pourrait faire un effort d’éducation, de sensibilisation au dialogue pendant les études de médecine en France. »

Et pour elle, ce grand déballage, cette remise en question parfois douloureuse pour les praticiens, peut déboucher sur une meilleure compréhension. « Se remettre en question, ça ne fait pas de mal surtout dans une pratique où le contact humain est primordial et le but c’est d’aider les gens à être en bonne santé ! Détromper un médecin, c’est lui rendre service. »

* Étude Zava réalisée par l’institut BVA par Internet du 20 au 24 avril 2017 auprès d’un échantillon de 1.000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans ou plus.