Sexualité: Les machos seraient plus touchés par des problèmes d'érection selon une étude

ETUDE Une étude portugaise démontre qu’en ce domaine, ce sont ceux qui en parlent le plus qui en font le moins…

20 Minutes avec agence

— 

Les hommes machos seraient plus concernés par des problèmes d'érection (illustration)

Les hommes machos seraient plus concernés par des problèmes d'érection (illustration) — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Obsession de la performance, extrapolation des désirs de leur partenaire… Et si les idées machistes sur le comportement sexuel des « hommes, des vrais » (ou ceux qui se considèrent comme tels) étaient à l’origine des petites « pannes » qu’ils connaissent parfois ?

C’est ce que tend à démontrer l’enquête (très sérieuse) réalisée par des chercheurs de l’université de Minho, au Portugal et publiée en avril dans la revue The Journal of Sexual Medicine.

Un quadragénaire sur trois affecté

Les troubles de l’érection ne sont pas rares après 40 ans. Un tiers des hommes y est confronté selon l’Association française d’urologie. Elles peuvent avoir diverses causes : routine ou problèmes de communication au sein du couple, stress, maladie…

>> A lire aussi : Sexualité: Davantage de troubles de l'érection chez les amateurs de films X?

Mais les préoccupations un brin machistes d’anxiété de la performance ou la peur d’une érection insuffisante semblent aussi avoir une influence sur la sexualité des hommes.

Une vision de l’homme pervertie

Les deux auteurs principaux de l’enquête, Pedro Nobre et Maria Manuela Peixoto, ont interrogé 300 hommes hétérosexuels et 300 hommes homosexuels. Ils avaient auparavant noté la concordance entre les propos machistes de certains concernant la virilité et la survenue chez eux de troubles sexuels.

>> A lire aussi : Quels sont les troubles sexuels les plus fréquents chez les hommes?

L’étude a permis de confirmer que c’est certainement cette idée que certains se font du « mâle » qui les rend vulnérables au stress en cas de problème d’érection. Une angoisse qui ne peut que provoquer de nouvelles « pannes », sources à leur tour d’anxiété.