Les recommandations nutritionnelles, comme celle de consommer cinq portions de fruits et légumes par jour, sont centrées sur les pays riches et ne sont pas adaptées aux pays défavorisés, suggèrent deux études publiées mardi dans la revue médicale The Lancet.

Selon la première étude, réduire la consommation de gras dans l'alimentation, comme on le conseille généralement, pourrait contre toute attente avoir des effets néfastes chez les habitants des pays pauvres.

Le risque de conduire à consommer plus de glucides

En effet, cela pourrait les conduire à consommer davantage de glucides, avec des effets potentiellement pires. «Promouvoir les régimes pauvres en gras, comme on le fait actuellement, c'est ignorer le fait que l'alimentation dans les pays à revenu faible et intermédiaire est très riche en glucides, ce qui semble avoir des conséquences encore pires en termes de santé», explique Mahshid Dehghan, chercheuse à l 'Université McMaster au Canada.

>> Lire aussi: Seulement un Français sur quatre en consomme cinq par jour

Selon cette étude, le fait de tirer plus de 60% de ses besoins énergétiques quotidiens des glucides (dont les féculents: pommes de terre, riz, pain, etc) est associé à un risque supplémentaire de décès de 28%. Ce risque supplémentaire n'est toutefois pas lié à des maladies cardiovasculaires, selon l'étude, et il reste inexpliqué.

Cinq fruits et légumes par jour, « inabordables dans beaucoup de pays »

La deuxième étude s'intéresse aux cinq portions quotidiennes de fruits et légumes habituellement recommandées par les institutions officielles comme l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

«Les fruits et légumes sont inabordables dans beaucoup de pays à revenu faible et intermédiaire» pour des questions de coût, relève l'auteur principal de l'étude, Victoria Miller, elle aussi chercheuse à l'Université McMaster.