Les fesses généreuses protégeraient contre certaines maladies graves

ETUDE Bonne nouvelle pour la famille Kardashian, avoir des fesses généreuses limiterait les risques de diabète et de crise cardiaque…

20 Minutes avec agence

— 

Kim Kardashian

Kim Kardashian — Instagram @kimkardashian

Atout pour certains, source de complexes pour d’autres, les fesses rebondies seraient en tout cas un atout en matière de santé.

En effet, plus la quantité de graisse présente au niveau du fessier et des hanches est importante, plus les risques de diabète, AVC ou crise cardiaque sont faibles, selon une étude publiée le 1er août dernier dans la revue scientifique Cell Metabolism.

Moins de risque de diabète et de cholestérol

Les bourrelets situés dans ces parties du corps humain stockeraient le gras, à la manière d’une éponge, et l’empêcheraient de se propager jusqu’aux organes où il peut faire des dégâts, comme les poumons ou le cœur.

A l’opposé la graisse viscérale, présente notamment dans l’abdomen, est susceptible de libérer dans le sang et dans le corps des acides gras et autres substances pouvant entraîner diabète et cholestérol.

Un phénomène plus marqué chez les femmes

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs de l’université de Tübingen (Allemagne) ont étudié la répartition de la graisse sous-cutanée chez plusieurs sujets à travers de fréquents bilans de santé et des IRM. Norbert Stefan, l’expert en diabète responsable de l’étude, et ses équipes ont ainsi remarqué que cette fonction de « bouclier » naturel n’était pas aussi efficace chez tous les individus.

>> A lire aussi : Surpoids: La maladie du «foie gras» humain progresse partout dans le monde

Ainsi, si le phénomène a été observé chez les hommes comme chez les femmes, il serait plus marqué chez ces dernières, notamment si elles sont en période de pré-ménopause. Le « bouclier » serait aussi moins efficace chez les personnes en surpoids qui présentent un niveau de graisse dans le cœur et les poumons déjà trop élevé.

Les femmes noires moins protégées

Si on en croit une autre étude publiée le 31 juillet dans le Journal of the North American Menopause Society, les femmes noires seraient moins bien loties que les femmes blanches puisqu’elles stockeraient en moyenne 20 % de gras sous-cutané protecteur en moins.

Mais elles auraient cependant un avantage, celui de développer moins de « mauvaise » graisse viscérale que les femmes blanches.