Maladie de Lyme: Pour lutter contre les tiques, les chercheurs lancent une appli mobile participative

TIQUES Les chercheurs de l'Inra appellent les citoyens à partager leurs mésaventures liées aux tiques pour tenter d'établir un modèle de prévision des risques...

20 Minutes avec agence

— 

Le crochet tire-tique est le seul moyen de retirer une tique en toute sécurité.

Le crochet tire-tique est le seul moyen de retirer une tique en toute sécurité. — Wikipedia

Une appli baptisée « Signalement Tiques » a été lancée ce lundi par l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) et la Direction générale de la santé. Le but est de prévenir les futures piqûres de tiques, qui causent 30.000 nouveaux cas de la maladie de Lyme chaque année.

La plateforme permet aux promeneurs qui ont été pris pour cible par une tique de fournir les informations relatives aux circonstances entourant la piqûre.

Créer une carte de « prévisions » des tiques

Disponible sur iOS et Android, l’application n’a pas vocation à indiquer aux utilisateurs les sites sur lesquels ces derniers risquent d’être victimes de l’arachnide, mais plutôt de récolter un maximum de données.

>> A lire aussi : Comment faire face aux insectes de l’été (2/5): La tique

Celles-ci seront ensuite exploitées par des spécialistes qui espèrent au passage « établir des modèles mathématiques de prévision du risque de croiser des tiques (…), en croisant les données météo et de l'habitat de l'animal », indique au Parisien le coordinateur du programme à l’Inra, Jean-François Cosson.

Tous les citoyens sont appelés à participer

Et pour cela, toutes les bonnes volontés sont mises à contribution. « On fait appel aux citoyens car nous n'avons pas des milliers d'étudiants à envoyer dans la forêt ! », explique le scientifique.

>> A lire aussi : Le gouvernement lance un «plan national» contre la maladie de Lyme

Il est donc demandé aux utilisateurs d’indiquer la date et le lieu de la piqûre, le type d’environnement et de sortie ainsi que l’âge et le sexe de la personne piquée. Si elle le souhaite ou le peut, cette dernière a aussi la possibilité de photographier la tique et même d’envoyer par courrier le cadavre de l’insecte aux chercheurs.