• L’eczéma est la 2e maladie de peau après l’acné. En France, elle touche 2,5 millions de patients et 15 % des bébés.
  • A l’occasion de cette journée de sensibilisation, l’Association française de l’eczéma propose des conférences aux professionnels et des ateliers au grand public pour apprendre à mieux vivre avec cette maladie.
  • Vêtements, douches, massages, baignades, à quoi faire attention quand on est concerné par cette maladie ou qu’on a des enfants qui en souffrent ?

« Notre peau est très capricieuse », résume Stéphanie Merhand fondatrice de al’Association française de l’eczéma. Samedi, à l’occasion de la 3e journée nationale de l’eczéma, l’association convie professionnels et grand public pour faire connaître cette maladie de peau qui touche 2,5 millions de Français… Qu’elle décrit ainsi : « c’est une maladie inflammatoire de peau où le système immunitaire surréagit : la peau est donc sèche, rouge, avec des œdèmes et des démangeaisons. Mais ce n’est pas juste de la gratouille ! Cette maladie a des impacts importants sur la vie de couple, de famille, au quotidien. » Une pathologie liée à la fois à des facteurs génétiques et à l’environnement.

A l’occasion de cette manifestation organisée cette année à Paris*, chacun pourra venir glaner quelques conseils pour prendre soin de sa peau abîmée ou celle de ses enfants.

Pour les plus petits

Pas facile d’empêcher un petit de se gratter… « Mais plus on frotte les plaques d’eczéma, plus on risque la surinfection », souligne Anne-Claire Fougerousse, dermatologue. Qui insiste : « un enfant qui souffre d’eczéma peut faire toutes les activités qu’il veut ». Mieux vaut tout de même informer la crèche ou l’école et mettre au point un accompagnement spécifique. « Mais surtout il faut rappeler que cette maladie n’est pas contagieuse ! », reprend la médecin membre de Résoeczéma, qui réunit des dermatologues.

Illustration d'une main d'enfant atteint d'eczéma.
Illustration d'une main d'enfant atteint d'eczéma. - Association française de l'eczéma

Autre astuce : transformer le moment des soins en instant câlin. « Quand la peau est très abîmée, la crème risque de piquer et de toute façon les enfants se lassent vite, reconnaît Stéphanie Merhand. Ce qui est important, c’est de prendre le temps, au calme, avec une musique douce, dans la chambre de l’enfant. » Car cette maladie de peau, qui touche principalement les mains et les visages, risque de limiter le contact physique si important pour les plus petits. « Même quand la peau est à vif, on peut toujours faire des petits ronds sur le dos de son enfant qui garde son t-shirt, conseille Stéphanie. Il doit sentir qu’il a aussi droit à de l’attention et de la tendresse malgré cette maladie. »

Côté hygiène, mieux vaut passer son enfant sous la douche un jour sur deux pour limiter le contact avec l’eau, « entre 32 et 34 degrés car l’eau chaude a tendance à raviver le feu sous la peau », précise-t-elle. Et sécher l’enfant avec une serviette en coton.

Pour les adultes

Ces bons réflexes sont à répéter pour les adultes. « L’eczéma, ça commence dès le réveil, avec une peau qui tiraille », explique Stéphanie, qui souffre de cette maladie de peau depuis ses 18 ans. Donc l’urgence, c’est de prendre une douche pour ensuite se badigeonner de crème hydratante. « Un réflexe qui doit rester quotidien en dehors des crises », avertit Anne-Claire Fougerousse.

L’étape habillage nécessite également des précautions. Première règle : préférer les habits en coton ou en lin pour éviter la transpiration, ennemi numéro un car elle accentue les démangeaisons. « Et c’est bien de multiplier les couches : plutôt que de mettre un débardeur et un gros pull, mieux vaut choisir un t-shirt, une chemise et un gilet pour éviter d’avoir trop chaud », suggère la patiente. De même, limiter le chauffage chez soi s’avère utile. Autre petite astuce : mieux vaut couper les étiquettes dès l’achat pour éviter les démangeaisons.

Mais le véritable allié des personnes souffrant d’eczéma, c’est le froid, qui soulage les petites démangeaisons. « Actuellement, avec les grosses chaleurs, on peut mettre sa crème hydratante ou de l’eau thermale au frigo, conseille la présidente de l’association française de l’eczéma. Certains membres de l’association mettent même leur pyjama au frigo ! »

Quand c’est la crise !

Dès que des plaques rouges et les démangeaisons apparaissent, il faut passer à la crème à la cortisone pendant huit à dix jours. Un traitement qui diffère selon l’âge du patient et la zone à traiter. Mieux vaut attendre le soir pour appliquer cette crème. « Car elle peut parfois rendre les vêtements collants, ce qui est assez désagréable pendant la journée », explique Stéphanie. Cette précaution permettra aussi de protéger son sommeil parce que les démangeaisons se renforcent le soir.

« C’est important de réagir rapidement pour limiter les dégâts, rappelle Anne-Claire Fougerousse. Etant donné les délais d’attente chez les dermatologues, le patient doit être autonome et savoir réagir dès le début de la crise. J’ai eu une patiente qui a attendu un an avec des lésions aux pieds et aux mains ! Le problème principal pour l’eczéma, c’est que moins de 50 % des patients appliquent bien la crème à la cortisone. Beaucoup craignent les effets secondaires de la cortisone. Mais cet anti-inflammatoire passe de manière négligeable dans le sang et les effets secondaires sont très rares. ». Parfois, ce sont des questions plus triviales qui limitent la bonne application du traitement : pas évident de s’enduire seul l’intégralité du dos…

Les précautions l’été…

Avec la canicule, pas facile d’éviter de transpirer… Tout en profitant du beau temps. « Le soleil a un effet anti-inflammatoire bénéfique », souligne la dermatologue. A condition d’éviter les heures les plus chaudes et de protéger sa peau. « Pour l’épilation, on peut choisir des bombes à raser pour peaux sensibles, utiliser un épilateur plutôt que de la cire, suggère Stéphanie. Et pour le maquillage, on peut oublier le fond de teint… »

Quant à la baignade, il faut encore prendre quelques précautions. « Il existe des crèmes barrières, à apposer avant d’aller se baigner pour mieux supporter l’eau de mer et l’eau chlorée », souligne la présidente de l’association. Qui assure qu’il faut impérativement enlever ses maillots trempés car la peau humide risque de gratter.

* Journée nationale de l’eczéma, de 9h à 18h à l’Hôtel Hyatt Paris Etoile, 62 Boulevard Gouvion-Saint-Cyr, 17e. Gratuit sur inscription.