Hygiène: Faut-il vraiment arrêter de se laver tous les jours?

PRATIQUE Un mouvement venu des Etats-Unis recommande de ne plus se laver tous les jours... Une bonne idée côté santé (et société)?

Oihana Gabriel

— 

Illustration - Une femme sous la douche.

Illustration - Une femme sous la douche. — Vladimir Godnik / Mood /REX/SIPA

  • L'été et en particulier avec les grosses chaleurs actuelles, on est tenté de passer sous la douche quatre fois par jour
  • Mais se savonner un jour sur deux suffirait amplement à notre hygiène corporelle, excepté les mains et le visage qu'il faut laver chaque jour
  • Mais se laver moins souvent, sobriété prônée par des dermatologues et un véritable mouvement aux Etats-Unis n'erst pas tellement accepté socialement...

Avec les fortes chaleurs depuis jeudi, la tentation de passer sous la douche trois fois par jour est forte. Et pourtant, aux Etats-Unis, des dermatologues préconisent de ne plus se laver intégralement tous les jours, mais uniquement par « zones » afin de moins agresser l’épiderme. Une philosophie partagée par nombre de dermatologues français. Et une mode qui risque de faire hurler ceux qui espèrent que leurs voisins de métro ou de boulot découvrent le déo…

« On peut très bien vivre sans se laver tous les jours », tranche le Dr Geoffroy, dermatologue. On conseille d’ailleurs aux parents de ne laver leur enfant qu’un jour sur deux… Par conviction écologique, par manque de moyens ou pour limiter les problèmes de peau, beaucoup de personnes ne se lavent pas chaque jour. Selon un sondage de 2015, un quart des Français se lavent un jour sur deux. Mode ridicule ou réflexe à prendre ?

>> A lire aussi: En Grande-Bretagne, 4 femmes sur 5 ne se douchent pas tous les jours

Pas un problème médical… mais social

Le cracra power aurait-il raison ? Tout dépend. De la saison bien sûr (Météo France annonce de nouveaux pics de chaleurs cette semaine…), de la fréquence du sport, du métier qu’on exerce, de sa peau…

« Du point de vue médical, une douche un jour sur deux ne pose aucun problème, assure Nina Roos, dermatologue à Paris. Mais c’est socialement inacceptable ! » Et pourtant, cette dermatologue prône à ses patients plus de simplicité.

« On est dans une société qui nous pousse à des usages un peu extrêmes des cosmétiques. Il faut bien les vendre ! Ce n’est pas un phénomène de mode, mais de vraies recommandations qui vont contre le caractère aseptisé de notre société. La tendance à la slow cosmétique est universelle. J’ai des patients qui à force de multiplier les savons, crèmes, masques ne supportent plus rien ! »

« On est plus malade à trop se laver la peau que pas assez, renchérit sa consœur Claire Geoffray. On peut faire comme Louis XIV mais je ne sais pas si l’open-space appréciera… D’autant qu’en général, notre entourage est plus rapidement gêné par nos odeurs corporelles que nous... »

>> A lire aussi: Faut-il se laver tous les jours? Cinq idées reçues sur l'hygiène corporelle

Comment concilier hygiène et bonne santé de la peau ?

Se laver à l’eau, une bonne idée ? Aucun intérêt, répondent les deux médecins. D’abord parce que « l’eau assèche la peau », assure Claire Geoffroy. D’autant plus quand elle est très calcaire et très chaude… « L’eau va enlever la poussière, les produits coiffants mais ce n’est pas suffisant pour enlever les odeurs, les saletés, le maquillage, renchérit Nina Roos. 

Alors que décider ? « Je conseille de couper la poire en deux : il faut savonner tous les jours les zones génératrices d’odeurs : aisselles, périnée et pieds, les mains et le visage, mais pas le corps entier », reprend-elle. Car à trop espacer les douches, on risque tout de même de voir proliférer des mycoses aux pieds…

Pourquoi les mains et le visage ? Pour éviter de tomber malade... « Parce qu ‘on est en contact avec des bactéries d’origine digestive et autres microbes, explique Nina Roos. Surtout en période d’épidémie de gastro, de grippe et de rhume. »

Illustration d'une personne se lavant les mains.
Illustration d'une personne se lavant les mains. - Pixabay

 

De même, le visage nécessite un soin spécifique. « On le touche tout le temps et notre visage est au contact avec les polluants atmosphériques, microparticules et le maquillage pour les femmes, reprend la médecin. Mais pour ceux qui souffrent de sécheresse, la lotion miscellaire est un précieux allié. « C’est un grand progrès car en mélangeant l’eau et l’huile on va nettoyer ce qui est nuisible tout en respectant le film lipidique qui protège des bactéries, comme un vêtement pour la peau » ajoute le Dr Geoffroy.

C’est quoi le risque d’un excès d’hygiène ?

« Notre peau n’est pas faite pour être décapée tous les jours, confie Nina Roos. Beaucoup de gens se savonnent deux fois jours, ça dissout le gras de l’épiderme qui joue le rôle de « ciment intercellulaire ». La peau n’est plus étanche, elle va devenir plus sèche et plus irritable. Du coup, certains patients peuvent ressentir un inconfort, des démangeaisons, des rougeurs, des irritations et à l’eczéma. En Inde, où on se lave moins, les enfants n’ont pas d'eczéma», reprend Nina Roos.

Comment expliquer ce décapage problématique ? « Le savon a un PH qui n’est pas celui de la peau, souligne la spécialiste. Donc à chaque fois la flore foisonnante, faite de petites bactéries, levures, champignons, est chamboulée. Or, c’est notre première ligne de défense ! Notre peau ne fonctionne plus correctement. Elle devient plus vulnérable aux allergènes et aux infections. Plus on est excessif dans l’hygiène, plus on est allergique au nickel par exemple. »

Ne pas se laver avec n’importe quoi

Prendre soin de sa peau sans incommoder ses collègues passe aussi par un choix éclairé de produits moins décapants. « Attention aux savons médicaux prescrits qui tuent la flore et favorisent les infections », prévient Claire Geoffroy. Et aux gels douche industriels qui nettoient bien mais attaquent trop. »

« Plus ça mousse, plus c’est corrosif, résume sa consœur. Pour une peau sèche, il faut privilégier des savons surgras, des huiles pour la douche, des savons sans savon qui vont moins agresser l’épiderme. » Autre option : « poser un adoucisseur d’eau sur le pommeau de douche ».

Et les cheveux ?

Ce mouvement pour plus de sobriété dans l’hygiène touche également les cheveux avec la méthode du no poo (no shampoo).

« En fonction de la sensibilité de son cuir chevelu, un shampoing tous les deux jours pour des gens qui regraissent vite ça suffit, et tous les trois jours pour les autres, recommande Nina Roos. Par contre, pour se sentir bien, on peut se passer les cheveux sous l’eau claire pour faire partir les poussières de cigarette par exemple. Mais pour certains métiers arriver avec les cheveux gras n’est pas envisageable ! On peut en revanche baisser la cadence le week-end. »