Sciatique, lombalgie, accouchement... L'acupuncture est-elle le remède à toutes les douleurs?

SANTE Pratiquée depuis des millénaires, cette médecine traditionnelle chinoise permet de lutter contre la douleur provoquée par de très nombreuses pathologies...

Anissa Boumediene

— 

De plus en plus de patients ont recours à l'acupuncture pour soulager leurs douleurs.

De plus en plus de patients ont recours à l'acupuncture pour soulager leurs douleurs. — FRANCES M. ROBERTS/NEWSCOM/SIPA

Que faire face à la douleur ? Quand elle saisit le corps au point de ne penser à rien d’autre ? Quand les médicaments ne suffisent plus ou que l’on ne peut pas en prendre ? Pour soulager ce qui peut parfois virer au supplice, de plus en plus de patients se tournent vers l’acupuncture. Si elle existe depuis des millénaires, cette branche de la médecine traditionnelle chinoise n’a gagné ses galons en France qu’il y a quelques années, mais s’impose aujourd’hui comme une solution thérapeutique à part entière. Si elle est utilisée pour réduire les bouffées de chaleur ou améliorer la qualité du sommeil, l’acupuncture a d’autres vertus. Sciatique, lombalgies, règles douloureuses ou encore fibromyalgie, le champ d’application de l’acupuncture comme remède à la douleur est très vaste.

« Lever l’inflammation »

Avant de se faire planter la moindre aiguille dans la peau, « il faut en premier lieu poser un diagnostic pour établir avec certitude que la douleur du patient relève bien de l’acupuncture, qu’il n’y a pas quelque chose de sous-jacent, indique le Dr Catherine Vermès, médecin acupuncteur à Paris. Vous ne ferez pas d’acupuncture si vous avez une appendicite ». Une fois ce point éclairci, chaque petite aiguille plantée par le praticien est utilisée « dans le but de rééquilibrer les énergies, de les remettre en circulation, explique le Dr Vermès. Si l’énergie est bloquée, alors la douleur s’exprime. Avec l’acupuncture, on dénoue l’embouteillage de la douleur ».

Evidemment, pas question de planter les aiguilles n’importe où. « Chacune d’entre elles est posée sur le méridien concerné par la zone douloureuse, signifie l’acupunctrice. Les méridiens d’acupuncture n’ont pas de support anatomique, c’est comme les méridiens du globe terrestre, ils n’existent pas matériellement mais relient entre eux des zones sur un même fuseau horaire », illustre-t-elle.

« Lombalgies, cervicalgies, sciatiques, névralgies, règles douloureuses ou encore colopathies fonctionnelles : l’acupuncture fonctionne très bien sur tout un éventail de pathologies inflammatoires, énumère le Dr Catherine Vermès. Ici, l’acupuncture permet de lever l’inflammation qui cause la douleur, et ce même sur des douleurs chroniques, où l’on obtient des résultats très probants ». Un constat que partage le Dr Delphine Lhuillery, algologue [médecin spécialiste de la douleur] à Paris : « L’acupuncture permet un rééquilibrage d’un corps dysfonctionnel, abonde-t-elle. En cas de douleurs généralisées de type endométriose ou fibromyalgie, elle fait partie des techniques que je prescris en première intention ».

Soigner sans médicaments

Et lorsque de très jeunes patients souffrent de douleurs inflammatoires, l’acupuncture peut ainsi être prescrite à des enfants. « A l’âge de 9 ans, mon fils souffrait de sinusites chroniques, raconte Jeanine. Nous avons consulté un médecin généraliste qui pratiquait l’acupuncture et mon fils a été débarrassé de ses sinusites sans aucun traitement médicamenteux, ni cortisone, ni antibiotiques ! Ça valait vraiment le coup d’essayer ».

Dans son cabinet, de nombreux patients consultent l’acupunctrice pour soulager leurs douleurs sans médicaments. « Cette semaine, une patiente est venue pour des douleurs persistantes après un zona, expose le Dr Vermès. Elle a été soulagée dès la première séance d’acupuncture, là où sa prescription de dérivés morphiniques ne lui permettait pas de se défaire de ses douleurs. L’idéal, c’est lorsque l’acupuncture seule suffit à soulager la douleur », estime la praticienne.

Un sentiment partagé par Mary, ancienne migraineuse. « Après plus de vingt ans à prendre des tas de médicament pour soulager mes migraines, dont des antidépresseurs [« des antidépresseurs à visée antalgiques peuvent être prescrits », confirme le Dr Lhuillery, médecin de la douleur], j’ai enfin trouvé LE remède miracle, l’acupuncture, se réjouit Mary. Après deux séances, je n’ai quasiment plus de migraines ! »

Un petit miracle qui a une explication bien précise : « Il a été démontré que l’acupuncture augmente le seuil de sensibilité à la douleur, relate le Dr Lhuillery. Chaque aiguille plantée stimule les voies de la douleur, ce qui a des effets endomorphiniques ». En clair, le corps produit ainsi sa propre dose d’antidouleur, un effet « qui peut durer plusieurs heures ».

Une alternative thérapeutique pour les femmes enceintes

Si parfois un médicament peut suffire à soulager la douleur, les choses se compliquent quand on est une future maman. « Les possibilités de traitement sont très limitées s’agissant de la prise en charge de la douleur des femmes enceintes », souligne le Dr Vermès. Dans ce cas, l’acupuncture est pour elles « une alternative thérapeutique intéressante, puisqu’elles ne peuvent pas prendre d’anti-inflammatoires », ajoute l’acupunctrice.

Durant leur grossesse, les femmes peuvent ainsi profiter des vertus multiples de l’acupuncture. « Je suis en plein traitement par acupuncture pour ma grossesse, explique Amandine, qui donnera naissance à son enfant dans les prochaines semaines. Ça aide le bébé à se mettre dans le bon sens pour la sortie. Ça résorbe la rétention d’eau et je n’ai plus l’impression d’avoir des jambes d’éléphant, plaisante la jeune femme. Mais surtout, l’acupuncture soulage mes nombreuses douleurs dorsales », explique la future mère, qui compte bien continuer à consulter son acupuncteur jusqu’au bout de sa grossesse. « Ça marche ! Alors j’espère aussi que ça atténuera les douleurs de l’accouchement ! » Si le Dr Vermès est un médecin de ville, l’acupunctrice confirme toutefois que sa discipline « peut être pratiquée à l’hôpital pour l’accouchement. Non seulement ça fait venir le bébé plus vite, mais cela agit aussi sur la douleur ressentie à cet instant ».

Mots-clés :