Le télétravail ouvre des perspectives de maintien d'emploi dans les zones rurales, et permet des économies de carburant
Le télétravail ouvre des perspectives de maintien d'emploi dans les zones rurales, et permet des économies de carburant - SAEED KHAN AFP

Si le télétravail a des effets positifs, il peut aussi avoir à terme des répercussions négatives sur la santé et le bien-être. Telle est la conclusion d’un rapport conjoint de l’Organisation International du Travail (OIT) et Eurofound publié ce mercredi.

L’étude s’appuie sur des recherches menées par les deux organisations dans quinze pays, dont dix États membres de l’Union européenne, parmi lesquels l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne ou encore la France, ainsi qu’en Argentine, au Brésil, en Inde, au Japon et aux États-Unis.

Flexibilité, réduction des déplacements…

Plusieurs habitudes de télétravail sont prises en compte : « les télétravailleurs réguliers, les travailleurs recourant occasionnellement au télétravail et au travail nomade numérique » explique le communiqué de l’OIT.

L’étude reconnaît ainsi les avantages du télétravail. Les rapporteurs notent la flexibilité en termes d’organisation du travail, les réductions des déplacements conduisant à un meilleur équilibre entre le travail et la famille et enfin une meilleure productivité.

Les travailleurs « très mobiles » sont les plus touchés

Mais le télétravail a également ses inconvénients. La frontière entre travail rémunéré et vie personnelle disparaît et le travailleur effectue davantage d’heures. Deux éléments qui peuvent « engendrer un haut niveau de stress », note le rapport.

Les travailleurs « très mobiles » sont les plus touchés par le phénomène. Ils s’exposent ainsi à voir leur santé et leur bien-être altérés.

« Garantir un minimum de périodes de repos »

Forts de ce constat, les rapporteurs formulent quelques recommandations. « Il est vraiment important de s’attaquer au problème du travail supplémentaire réalisé grâce aux technologies de communication modernes (…) et aussi de garantir un minimum de périodes de repos afin d’éviter les effets délétères sur la santé et le bien-être des travailleurs », explique ainsi Oscar Vargas, de l’Eurofound.

Des mesures concrètes sont déjà en place dans plusieurs entreprises comme l’extinction des serveurs informatiques en dehors des heures de travail. Un geste qui empêche l’envoi de courriels pendant les temps de repos et les vacances.

>> A lire aussi : Une majorité de salariés français plébiscite le télétravail

 

Mots-clés :