VIDEO. Grippe: Touraine appelle les hôpitaux à libérer des lits face à l'épidémie

EPIDEMIE La ministre de la Santé a fait un point sur l’évolution de l’épidémie…

20 Minutes avec AFP

— 

La ministre de la Santé Marisol Touraine

La ministre de la Santé Marisol Touraine — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Le pic de l’épidémie devrait être atteint la semaine prochaine. La ministre de la Santé Marisol Touraine a ainsi appelé ce mercredi les hôpitaux à reporter des opérations non urgentes pour désengorger les urgences.

« L’enjeu c’est de garantir qu’il y a des lits d’hospitalisation disponibles », a dit la ministre mercredi lors d’un point de la situation.

>> A lire aussi : La grippe fait tousser les urgences, «aux limites de leurs capacités»

Pour évoquer cette situation d'urgence, une réunion aura lieu jeudi matin à l'Élysée avec la ministre de la Santé Marisol Touraine et le directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) Martin Hirsch.

Un bilan qui pourrait être « lourd »

« Le bilan de l’épidémie sera probablement lourd, puisque le nombre de personnes malades est particulièrement important, mais le système de santé répond présent », a-t-elle prévenu.

La veille, elle avait indiqué que les urgences étaient « aux limites de leurs capacités » en raison de l’intense épidémie de grippe.

« On va atteindre le pic national »

Certains signes « laissent penser qu’on va atteindre le pic national » de l’épidémie de grippe « la semaine prochaine », a déclaré François Bourdillon, directeur général de l’agence Santé publique France, ajoutant qu’il était « probable » que certaines régions l’aient déjà atteint.

Il faut « réfléchir » à rendre obligatoire le vaccin contre la grippe pour les soignants (médecins, infirmiers, etc.) a par ailleurs estimé le Pr Benoît Vallet, qui pilote la direction générale de la santé du ministère de la Santé, au cours d’une réunion au ministère. Les mesures incitatives n’ont pas été « suffisantes », « il faut passer à un cran supérieur », a-t-il ajouté. Selon les estimations seulement 25 % à 30 % des soignants se font vacciner contre la grippe chaque année.