Vaccination: La confiance des Français est en baisse

MEDECINE La génération des 25-34 ans est la plus méfiante vis-à-vis des vaccins, selon une étude pour le compte de l’organisation française des industriels du secteur, le Leem.…

20 Minutes avec AFP

— 

Vaccination contre la grippe saisonnière (illustration).

Vaccination contre la grippe saisonnière (illustration). — M.Libert/20 Minutes

Les récents scandales sanitaires ont rendu les Français méfiants à l’égard des vaccins. Seulement 69 % des personnes interrogées leur font confiance (-2 points par rapport à 2015), selon une étude annuelle publiée ce lundi.

C’est le taux le plus bas depuis le lancement de cet « Observatoire sociétal du médicament » réalisé depuis 2012 par l’institut Ipsos, pour le compte de l’organisation française des industriels du secteur, le Leem.

>> A lire aussi : Les Français invités à donner leur avis en ligne sur la vaccination

Un Français sur trois estime qu’il y a autant d’avantages que de risques

Par ailleurs, à peine la moitié (52 %) des personnes interrogées considère que la vaccination présente plus de bénéfices que de risques, 33 % estimant qu’elle comprend autant des deux et 15 % plus de risques que d’avantages, selon cette étude. Ces perceptions varient toutefois d’une génération à l’autre : la génération des 25-34 ans est ainsi la plus méfiante vis-à-vis des vaccins, et celle des 55-59 ans la plus confiante.

Sur l’ensemble des sondés, 34 % déclarent ne pas être certains d’être à jour dans leur vaccination et 6 % n’en ont aucune idée.

>> A lire aussi : Retour sur cinq polémiques qui ont semé le doute chez les patients

Plusieurs controverses ont entouré des vaccins ces dernières années, notamment le vaccin contre l’hépatite B, les vaccins contre les infections dues aux papillomavirus (HPV), à l’origine de cancers génitaux, ou encore le vaccin contre la grippe pandémique A (H1N1) en 2009. Pour tenter d’y remédier, une « concertation citoyenne » sur les vaccins a été lancée cette année par le ministère de la Santé auprès du grand public et de professionnels de la santé. Une synthèse et des recommandations sont attendues avant la fin de l’année.

Le sondage a été effectué auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 personnes en France, interrogées par Internet du 9 au 16 juin 2016.