Cancer de la peau: La «griffe de mitoiron», une super molécule résistante aux UVA

SCIENCES Alors que 200.000 nouveaux cas de cancer de la peau sont diagnostiqués chaque année dans le monde...

20 Minutes avec agence

— 

Les crèmes solaires protège des UVB, responsables du vieillissement cutané, et non des UVA, à l'origine des coups de soleil et de cancers dermatologiques.

Les crèmes solaires protège des UVB, responsables du vieillissement cutané, et non des UVA, à l'origine des coups de soleil et de cancers dermatologiques. — BEN STANSALL AFP

Elle est ultrarésistante aux UVA et pourrait bientôt rejoindre les composants de nos crèmes solaires qui ne filtrent que les UVB, responsables du vieillissement cutané. Cette super-molécule vient d’être mise au point par des chercheurs britanniques de l’université de Bath (Angleterre) qui souhaitaient protéger des effets néfastes des UVA, les rayons ultraviolets qui provoquent des coups de soleil et des cancers de la peau.

Préserver les cellules des effets néfastes des UVA

Baptisée « griffe de mitoiron » (mitoiron claw), la molécule ultrarésistante permet de préserver les cellules des effets néfastes des UVA. Comment ? En protégeant les mitochondries essentielles au bon fonctionnement de nos cellules contre les effets du soleil.

>> A lire aussi : L'UFC-Que Choisir porte plainte contre cinq fabricants

La « griffe de mitoiron » évite que les mitochondries ne libèrent une trop grande quantité de fer au contact des UVA et ne provoquent des dommages irréversibles à l’ADN de la cellule, expliquent les chercheurs dans l’étude publiée dans la revue Journal of Investigative Dermatology. La super « molécule anti-mélanome » s’agrippe aux atomes de fer libérés en excès et empêche les mitochondries de mal réagir à l’exposition solaire.

>> A lire aussi : Des heures après l'exposition au soleil, la peau continue de souffrir

Commercialisée d’ici quatre ans ?

Selon cette étude, la « griffe de mitoiron » a permis à des cellules de peau humaine de « survivre » même après une exposition au soleil pendant 140 minutes au bord de la mer. Les cellules non traitées à la molécule ont, elles, complètement disparu.

Avant de voir la « griffe de mitoiron » devenir un élément essentiel de nos crèmes solaires, d’autres études, notamment chez l’homme, doivent encore être conduites. Les chercheurs confient espérer voir leur molécule étalée sur toutes les peaux pour éviter l’apparition de mélanomes d’ici quatre ans. Une petite révolution sachant que  200.000 nouveaux cas de cancer de la peau sont diagnostiqués chaque année dans le monde.

>> A lire aussi : La peau de banane permet de révéler les stades du cancer de la peau