Oignon, pied tordu: Comment soigner un hallux valgus?

SANTE Cette pathologie peut causer de fortes douleurs et une grande difficulté à se chausser...

Anissa Boumediene

— 

L'hallux valgus peut entraîner une déformation douloureuse du pied.

L'hallux valgus peut entraîner une déformation douloureuse du pied. — J.Blackler/REX/REX/SIPA

N’avez-vous jamais, dans le bus, le métro ou chez votre grande tante, eu le regard happé par un pied pas jojo, tordu, déformé par une protubérance osseuse sur l’avant-pied, au coin externe du gros orteil ? C’est peut-être même ce à quoi votre pied ressemble, auquel cas vous avez sans doute un hallux valgus, ou « oignon » pour les intimes, une pathologie qui peut faire souffrir et impacter le quotidien. Mais ce n’est pas une fatalité, à l’occasion ce jeudi de la Journée de la santé du pied, on vous explique comment vous en débarrasser.

>> A lire aussi: Les trois commandemants pour garder des pieds en bonne santé​

Une pathologie féminine

Injustice parmi les injustices, l’hallux valgus est une pathologie qui dans 9 cas sur 10 touche les femmes. « 15 % des femmes développent un hallux valgus au cours de leur vie, généralement après 50 ans, mais parfois bien avant », indique le Muriel Montenvert, pédicure podologue et secrétaire générale de l’Union française pour la santé du pied. Si cette pathologie a un fort terrain héréditaire, le port de chaussures trop serrées, pointues et avec des talons trop hauts est un facteur aggravant.

Pour les personnes qui souffrent d’un hallux valgus, la douleur peut vite gêner au quotidien, et entraîner des difficultés à se chausser. « Au début, je n’y prêtais pas attention, mais mon pied a commencé à se déformer et je ne pouvais plus porter certaines de mes chaussures », se souvient Zohra, 66 ans, retraitée de l’Education nationale. Agée alors d’une quarantaine d’années, elle consulte son médecin pour lui demander la marche à suivre.

Retarder l’évolution de l’hallux valgus

« Quand on a un hallux valgus, il faut consulter un podologue sans tarder, prescrit Muriel Montenvert. Il réalisera un bilan podologique complet pour déterminer la cause de la pathologie et retarder son évolution ». Plusieurs mesures permettent ensuite d’éviter que la déformation osseuse ne s’aggrave. Car si l’hallux valgus est en partie héréditaire, il peut s’empirer par une mauvaise posture. « D’abord, on oublie les talons hauts et les chaussures trop serrées et pointues, préconise le De Montenvert. Et on prescrit des semelles orthopédiques sur mesure pour corriger les défauts de posture ».

Des orthèses sont également prescrites pour éviter l’inconfort et la déformation. « Le podologue peut faire réaliser un écarteur, un petit appareillage en silicone élaboré sur mesure à partir du moulage du pied, détaille la podologue. Une contention de nuit peut aussi être recommandée, elle permet de maintenir droit le gros orteil ». Deux solutions réalisées sur mesure qui ne sont pas remboursées par l’Assurance maladie mais qui coûtent entre 30 et 60 euros.

La chirurgie

Lorsque l’hallux valgus est trop sévère, la chirurgie orthopédique, entièrement prise en charge, est alors la seule solution. C’est pourquoi, dès son départ en retraite en 2003, Zohra s’est fait opérer : « Je souffrais trop, la déformation de l’os du gros orteil était telle que l’orteil voisin était lui aussi déformé, il formait une griffe, il était tout recroquevillé. Mon pied était horrible ! », plaisante-t-elle. Durant l’intervention, réalisée sous anesthésie loco-régionale, « le chirurgien a raboté l’os et posé une broche sur le gros orteil, pour le maintenir bien droit, raconte Zohra. Et il a raccourci et redressé l’orteil d’à côté ».

Après l’intervention chirurgicale, place à la convalescence et à un traitement antidouleurs. Dans le mois suivant l’opération, le port d’une chaussure postopératoire est obligatoire et la reprise du sport n’est pas envisageable avant au moins quatre mois. Les patients se voient également prescrire une rééducation de plusieurs semaines, mais la durée de la convalescence varie d’un cas à l’autre, de quelques semaines à quelques mois. « Mon pied est resté enflé pendant plusieurs mois, il m’a fallu attendre un bon moment avant de pouvoir me chausser normalement, se rappelle Zohra, mais quel bonheur de retrouver un pied bien droit. »

Mots-clés :