Allergies alimentaires: Une algue rouge permettrait de diminuer les symptômes

SCIENCES C’est ce qu’a conclu une étude chinoise…

20 Minutes avec agence

— 

Des céréales sans gluten présentées e 8 avril 2016 au "Salon des allergies alimentaires et des produits porte de Versailles à Paris

Des céréales sans gluten présentées e 8 avril 2016 au "Salon des allergies alimentaires et des produits porte de Versailles à Paris — Elliott VERDIER AFP

Alors que 8 % des enfants et 2 % des adultes souffrent d’allergies alimentaires, une étude chinoise est sur la piste d’un « antidote ». La Gracilaria lemaneiformis, une variété d’algue rouge aussi appelée « ogonori » et utilisée dans la cuisine japonaise, philippine et hawaïenne, aurait en effet fait ses preuves sur des souris.

Pour les besoins de leur expérience, les scientifiques ont réparti les rongeurs en deux groupes : le premier nourri avec de l’algue rouge et le second nourri normalement. Toutes les souris étaient allergiques à la tropomyosine, une protéine présente dans plusieurs produits de la mer. Dans un second temps, les chercheurs leur ont donc fait absorber cette fameuse protéine.

La piste pour de nouveaux traitements ?

Bilan de l’étude, publiée dans la revue scientifique Journal of Agricultural and Food Chemistry : au bout de quelques heures, les souris du premier groupe présentaient des symptômes moins importants que celles du deuxième groupe.

« Nous pensons que cette découverte pourra ouvrir la voie à de nouveaux traitements contre les allergies alimentaires » concluent les chercheurs. Mais d’où vient donc le secret de la Gracilaria lemaneiformis ? Elle est en fait riche en polysaccharides, des glucides complexes. Or de précédentes études avaient déjà démontré leurs effets antiallergiques et antiasthmatiques.

 

 

Mots-clés :