Chutes, intoxications... Les accidents domestiques font 4,5 millions de victimes par an en France

PREVENTION Il s’agit de la première cause de décès chez les enfants de 1 à 4 ans…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration accidents domestiques.

Illustration accidents domestiques. — ANSOTTE/ISOPIX/SIPA

Avec 4,5 millions de victimes par an, les accidents domestiques continuent de faire des ravages en France, où quelque 20.000 personnes décèdent encore chaque année d’une chute ou d’une intoxication. Un chiffre stable révélé par l’institut OpinionWay qui a mené l’enquête pour le compte de l’association des assureurs mutualistes Gema Prévention.

Les chutes sont les plus meurtrières 

Parmi les accidents domestiques les plus répandus, on compte les brûlures à 19 %. Ce sont cependant les chutes qui sont les plus meurtrières avec 9.400 décès par an, devant les suffocations (3.000 morts), les intoxications (1.300). Les résultats de l’enquête montrent également que ces accidents ont touché près d’un foyer sur deux (41 %) au cours des douze derniers mois et que 14 % d’entre eux ont entraîné une hospitalisation.

>> A lire aussi : La difficile prévention des accidents domestiques

Ces accidents représentent aussi la troisième cause de mortalité dans le pays. Les premières victimes sont les enfants et les personnes âgées, à tel point qu’il s’agit de la première cause de mortalité chez l’enfant de 1 à 4 ans et la troisième chez l’adulte. Et OpinionWay assure que 77 % des Français concernés désignent la maison comme le lieu de l’accident, et la cuisine comme « la pièce la plus dangereuse ».

Les accidents domestiques plus mortels que les accidents de la route

L’enquête évoque également tabou et culpabilité. Les accidents domestiques subis par les enfants, qui représentent 2.000 blessés par an, seraient la plupart passés sous silence par des parents honteux, d’autant plus qu’ils auraient pu être évités dans 78 % des cas.

Les nouveaux pictogrammes des substances et mélanges chimiques dangereux entrés en vigueur le 1er juin 2015.
Les nouveaux pictogrammes des substances et mélanges chimiques dangereux entrés en vigueur le 1er juin 2015. - INRS

Relayant le bilan d’OpinionWay, le site Pourquoi Docteur ose le comparatif plutôt pertinent. Il rappelle ainsi que le bilan de la sécurité routière 2015 faisait état de 70.802 blessés, de 3.461 décès et de 26.595 hospitalisations. Conclusion : les accidents domestiques, autrement appelés « accidents de la vie courante » sont plus mortels que les accidents de la route.

 

Mots-clés :