L'herboristerie de la Place de Clichy propose une medecine alternative par l'elaboration de produits a base de plantes, comme les huiles essentielles.
L'herboristerie de la Place de Clichy propose une medecine alternative par l'elaboration de produits a base de plantes, comme les huiles essentielles. - V.WARTNER/20 MINUTES/SIPA

Le renseignement s’intéresse de près aux médecines alternatives, révèle ce lundi RTL. Dans une note que s’est procurée la radio, le centre du renseignement territorial alerte sur les potentielles dérives de ces pratiques. Dans les viseurs des autorités ? Les « pratiques non conventionnelles à visées thérapeutiques ».

Faux souvenirs et abus

Grâce à des formations rapides et peu onéreuses, de plus en plus de « praticiens » voient le jour. Les hypnothérapeutes sont particulièrement surveillés par les policiers, qui rappellent que l’hypnose peut entraîner la création de faux souvenirs ou des abus sur les patients.

RTL rapporte ainsi l’exemple de l’anneau gastrique virtuel ou anneau hypnotique, fort de plus de 15.000 références sur la toile. Le patient qui souhaite perdre du poids est alors convaincu d’avoir un anneau gastrique placé autour de l’estomac, sans avoir subi aucune opération chirurgicale. Le seul « risque » de cette intervention hypnotique, est qu’elle ne fonctionne pas, alors que le patient aura déboursé plusieurs centaines d’euros.

>> A lire aussi : Les Français toujours plus friands des médecines alternatives

Les autorités alertent surtout quand au risque de dérives sectaires, alors que la maladie est une des techniques d’embrigadement privilégiée. Pas moins de 40 % des signalements d’embrigadement en France ont un rapport avec le domaine de la santé, souligne RTL.

Mots-clés :