Illustration d'une consultation chez le dentiste.
Illustration d'une consultation chez le dentiste. - Sipa

Elle ne demandait pas un sourire de princesse ou une dentition parfaite. Juste quelques soins pour pouvoir manger et parler sans problème. Au lieu de ça, Michelle Bergeron vit aujourd’hui avec 14 dents en moins, deux dentiers provisoires - « un en haut, un en bas » - et l’angoisse de ne jamais en finir avec son chantier bucco-dentaire. Depuis un mois, son chirurgien-dentiste parisien a baissé le rideau. « Nous vous recontacterons quand nous aurons un dentiste à disposition », indique le répondeur téléphonique du cabinet de Jean-Claude Pagès, en arrêt maladie comme l’indique une lettre envoyée en décembre 2015 à certains patients.

>> A lire aussi. Centres dentaires low-cost : «J’avais envie de leur dire : Barrez-vous, allez ailleurs!»

>> A lire aussi. Pascal Steichen : «On dit à nos dentistes: Si tu continues à bosser pour Dentexia, tu creuses ta tombe»

« En attendant, plus personne ne me soigne et on ne me propose rien », peste la sexagénaire, d’autant plus agacée qu’elle a souscrit un crédit pour se soigner, à hauteur de 17.000 euros. Comme elle, Jean-Paul Blanot attend des nouvelles de son praticien. Ce Parisien de 65 ans avait déboursé 12.000 euros pour se faire poser 13 implants dans un centre dentaire à bas prix du quartier Saint-Lazare. Dans le même temps, d’autres patients ne sont plus soignés à Colombes (Hauts-de-Seine) où un centre low cost* a fermé récemment. Tout comme à Lyon, où l’Agence régionale de santé de Rhône-Alpes (ARS) a fermé un cabinet à bas prix pour des raisons sanitaires.

Une trentaine de plaintes

Saisi, le conseil départemental (Paris) de l’Ordre des chirurgiens-dentistes aurait enregistré une trentaine de plaintes depuis le début de l’année 2016. Les motifs évoqués sont toujours les mêmes : « Des honoraires encaissés et des traitements non faits. » L’affaire interpelle l’autorité car elle concerne des établissements appliquant le modèle de « coaching » de Dentexia ou étant directement sous la coupe de cette association en difficultés financières, dirigée par Pascal Steichen, un spécialiste de la rationalisation des coûts des cabinets dentaires.

Du côté de l’Ordre, on conseille donc aux patients de porter plainte et de frapper à la porte du procureur de la République. D’autant que l’institution n’a jamais vu d’un très bon oeil l’arrivée dans ce secteur d’un acteur capable de diviser les prix par trois. Egalement sollicitée, l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France adresse elle aussi les plaignants au parquet « puisque les cas d’escroquerie, s’ils sont avérés, relèvent du pénal. » Selon nos informations, un collectif parisien d’une soixantaine de personnes est déjà constitué, aidé à distance par d’autres patients ayant vécu une mésaventure similaire l’année dernière à Marseille ou à Lyon. Pour eux, l’objectif prioritaire est de récupérer les sommes engagées si les soins ne peuvent être terminés.

« Pas une seule fois n'a été retenu le grief de mutilation »

Plus grave, d’autres patients dénoncent des excès de soins, voire des mutilations, l’appellation idoine lorsque des dents « saines » sont remplacées par des prothèses. Une accusation balayée par l’avocat de Dentexia, Me Bessis : « Tous les centres ont été contrôlés par la Sécu. Pas une seule fois n'a été retenu le grief de mutilation. » En interne, plusieurs salariés évoquent pourtant une course au rendement particulièrement pesante.

« C’est le chiffre, le chiffre, le chiffre. On demande aux conseillères cliniques de rentrer 90.000 euros par fauteuil et par mois », témoigne sous couvert d’anonymat une ancienne salariée qui refusait régulièrement les demandes de consultations pour des enfants. « Pas assez rentables. On préfère les implants. On n’a pas le droit de le dire. Alors on explique qu’on n’est pas équipés pour ». Après un premier bilan de santé, si les devis sont trop élevés, des crédits à 0 % seraient aussi proposés aux patients, notamment par l’intermédiaire de l’organisme Franfinance.

« Fauteuils en panne », « problèmes de logiciels »

Plusieurs patients évoquent une tendance lourde pour les annulations de rendez-vous dans les centres Dentexia ou les cabinets libéraux avec lesquels ils travaillent. Ils citent pèle mêle des « fauteuils en panne », des « problèmes de logiciels », des « grandes listes d’attentes » ou des dentistes « en arrêt maladie ». Mais aussi un turn-over incessant chez les chirurgiens, souvent « très jeunes », « ne parlant pas très bien français ». Et donc une absence totale de suivi médical sur la durée, voire des diagnostics discordants après changements de praticiens.

Pour Pascal Steichen, ce roulement ou ces désertions seraient la conséquence de la pression mise par l’Ordre** sur ses dentistes. « Le centre de Colombes est fermé parce que plus aucun dentiste ne veut y travailler. C’est invivable ! Ils sont harcelés. Ils reçoivent des SMS la nuit où on leur dit : Si tu continues à bosser pour Dentexia, tu creuses ta tombe ! », s’indigne le dirigeant. Forcément, sur les dents ces derniers temps.

* Me Bessis, l’avocat de Dentexia rejette l’appellation « low-cost ». Selon lui, en matière médicale, ce terme est impropre. « Vous allez faire des économies sur quoi ? Le diagnostic, ce n’est pas possible ? Sur la qualité des soins ? Ce n’est pas possible. Tous les soins réalisés doivent être conformes aux recommandations de la HAS. Si vous faites des économies de bout de chandelle, vous êtes en infraction à l’égard des textes. » Il préfère donc parler d'« uberisation » de la santé dentaire. « Je trouve ça plus élégant. Mais low-cost, c’est un terme méprisant pour ceux qui font des soins. Derrière la structure, il y a les hommes. Ils sont égaux aux autres. Dans ces centres, il s‘agit de dire au praticien de se concentrer uniquement sur son cœur de métier. Et de déléguer toutes les tâches annexes, notamment administratives, à des assistants.

** Contacté, l’Ordre national nous a répondu ne « pas pouvoir s’exprimer sur ce sujet, étant engagé dans plusieurs procédures et soumis à un devoir de réserve. »

Mots-clés :