Les sachets de detox de l'utérus présentent un risque d'infection.
Les sachets de detox de l'utérus présentent un risque d'infection. - The Independent

Ce sont des petits sachets en tissu (ou des gélules), remplis d’herbes mystérieuses. D’apparence, ils auraient parfaitement leur place dans une tasse de thé. Mais c’est dans leur vagin que certaines femmes prennent le soin de placer ces boules d’herbes. Vendues dans des petits bocaux, ces « Herbal Womb Detox Pearls » sont censées prévenir entre autres, l’endométriose, les problèmes ovariens, calmer les contractions vaginales, ou nettoyer l’utérus, dans le cadre de cures « détox ».

En vogue auprès des Américaines, cette pratique est surveillée par les médecins qui alertent sur les risques importants qu’elle peut entraîner sur la santé des femmes. Dans The Independent, certains évoquent une recrudescence d’irritations et un risque de choc toxique.

« Votre utérus n’est pas fatigué, déprimé ou sale »

Certaines gélules, contenant de l’herbe parfumée sont vendues sous forme de packs de 2 mois pour un prix variant entre 85 et 480 dollars. Les publicités en question font état de solutions naturelles. L’une d’elles annonce que les perles peuvent être délivrées de la même manière que des oranges et des citrons peuvent être utilisés pour lutter contre un rhume.

Une comparaison qui hérisse le docteur Jen Gunter, une gynécologue américaine. Dans un billet de blog, la spécialiste parle non seulement de l’inefficacité de ces produits mais aussi de leur dangerosité. Elle écrit : « Votre utérus n’est pas fatigué, déprimé ou sale, et votre vagin n’a pas à ouvrir ses chakras (…) Ils n’ont pas besoin d’aide à moins qu’ils aient un problème et qu’ils vous le signalent par des saignements, des démangeaisons, des douleurs ou une odeur. »

Elle explique aussi que le vagin agit comme un « four autonettoyant » et que l’introduction d’éléments extérieurs pendant de longues périodes augmente le risque de développement de mauvaises bactéries. D’où l’apparition potentielle d’infections.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé