Les Télétubbies sont des adeptes de «Free Hugs», ces câlins gratuits. Même pour les adultes, oui.
Les Télétubbies sont des adeptes de «Free Hugs», ces câlins gratuits. Même pour les adultes, oui. - Joe Pepler/REX Shutters/SIPA

On a tous une mauvaise raison de fêter le 21 janvier. Certains commémorent l’anniversaire de la mort de Louis XVI. D’autres le lancement du premier sous-marin nucléaire en 1954. Ou l’extinction de la langue eyak en Alaska, il y a 8 ans déjà... Et puis il y a les adeptes du «free-hug», le câlin gratuit censé vous apporter le réconfort que vous n’aurez pas tout au long de l’année. Nos experts en calinologie sont pourtant formels, cette pratique est fortement déconseillée. Voilà pourquoi.

>> A lire aussi : 7 façons de célébrer la journée internationale des câlins sur Twitter

Parce qu’on est en pleine épidémie de gastro

C’est la science qui le dit. Les premières semaines de janvier sont celles des pics de gastro-entérite en France. Avec les symptômes qui vont avec : fièvre, nausées, vomissements, diarrhée aiguë. Qu’on le veuille ou non, s’enlacer c’est forcément échanger quelques miasmes avec son partenaire. Pour éviter toute contamination, mieux vaut éviter tout contact corporel avec des inconnus, sachant qu’un Français sur trois ne se lave pas les mains en sortant des toilettes. Et puis par ce froid, un câlin en doudoune n’a aucun intérêt. A moins que...

Parce que c’est l’état d’urgence.

On n’est plus à l’abri de rien aujourd’hui. Serrer un inconnu dans les bras, passe encore. Mais si ledit individu tente de créer un câlin géant, en réunissant moult câlineurs sur un quai de métro, une salle de concert, une place, ou dans un centre commercial, fuyez. On ne sait jamais. On peut vous piquer votre portefeuille.

Parce que vous allez faire des jaloux.

Une journée ne dure que 24h. Dans un laps de temps aussi resserré, impossible de satisfaire toute les demandes, c’est mathématique. Pour quelques heureux, combien d’âmes brisées, de tentatives d’approches avortées? Mieux vaut ne frustrer personne et réserver ce privilège à votre conjoint. Ah mince, c’est vrai. Ça fait un bail qu’il ne veut plus de câlins.

Parce que c’est ultra ringard.

On ne se méfie pas assez des journées mondiales, concept artificiel et commercial. Pour info, cela fait quand même 70 ans qu’est né le «hug day». Il a été relancé en 2004 par un Australien que personne n’attendait à sa descente d’avion à l’aéroport de Sydney. Pour y remédier, il a donc proposé des étreintes gratuites aux passants, en agitant sa pancarte «Free hugs». La magie de Youtube a fait le reste. Les vidéos ont peu à peu envahi les réseaux sociaux, à base de «thaaaaaank you», «it's soooo nice», et on en passe. Certains allant même jusqu’à mettre du Taylor Swift en fond musical. Bref, le « free hug », c’est ringard. Et pourquoi pas relancer le Harlem Shake tant qu’on y est ?

 

Parce qu’on peut les rater. 

N’est pas Mata Amritanandamayi, dit Amma, qui veut. La prétresse indienne peut distribuer 20.000 câlins en une journée sans défaillir, ni prendre le moindre vent. Ce n’est pas le cas de tout le monde apparemment.

 

 

Mots-clés :