« On m’a dit "si tu veux réussir, il faut rentrer dans du 32". Il fallait que je descende à 47 kilos pour 1,78 mètre pour rentrer dans cette taille. » L’ex-mannequin Victoire Maçon Dauxerre, victime du diktat de la maigreur dans le milieu de la mode, vient de publier son livre Jamais assez maigre, Journal d’un top model (1).

Un récit poignant, dans lequel la jeune femme aujourd’hui âgée de 25 ans n’hésite pas à pourfendre les grandes maisons de couture qui contribuenr, dit-elle, à véhiculer une image de la maigreur « criminelle », qui « incite à l’anorexie, crée des troubles alimentaires ».

 

Passer dun 36 à un 32 en période de Fashion Week

Pour passer d’un 36 à un 32 en période de Fashion Week et « faire partie de la course », Victoire confie donc s’être affamée et avoir perdu jusqu’à une dizaine de kilos en deux mois. Nous sommes en 2010, et Victoire, qui prépare son bac et veut intégrer Sciences Po, s’autorise trois pommes par jour et des boissons gazeuses, dont les bulles « calent ».

« Je n’ai jamais été aussi malheureuse », lance l’ex-mannequin, qui indique avoir reçu depuis l’annonce de son livre plein de messages de soutien. Des lecteurs touchés par des anecdotes troublantes. Entre autres, ces séances photo où seuls les photographes avaient à manger ou encore des mannequins grignotant devant les caméras avant daller se faire vomir aux toilettes une fois les journalistes partis.

« Je navais pas eu mes règles depuis huit mois »

A bout, celle qui est tombée d’inanition dans la rue de New York en pleine Fashion Week décide finalement d’arrêter le mannequinat. Ce ne sera pas sans le soutien de sa famille et l’aide d’un médecin que la jeune femme, qui confie avoir fait une tentative de suicide, remontera la pente : « J’étais dans un état catastrophique quand j’ai arrêté je faisais de l’ostéoporose, je n’avais pas eu mes règles depuis huit mois, j’avais un squelette d’une femme de 70 ans, je perdais mes cheveux. »

« Il faut s’effacer derrière le vêtement. Les mannequins ne sont rien […]. Il y a une véritable omerta. On ne peut pas imposer un corps malade en idéal de beauté, c’est criminel », a tranché au début du mois Victoire Maçon Dauxerre, face à Thierry Demaizière dans l’émission Sept à Huit.

 

Alors, même si selon elle, le texte a dix ans de retard, Victoire, qui pèse désormais 64 kilos, se félicite de la nouvelle législation adoptée l’an dernier, qui interdit le recours à des mannequins trop maigres et dénutris.

(1). Jamais assez maigre : Journal d’un top model, éditions les Arènes, 272 pages, 18 euros.