illustration: des médicaments.
illustration: des médicaments. - LODI FRANCK/SIPA

Les industries pharmaceutiques et l'organisme interministériel chargé de fixer les prix des produits de santé ont signé un nouvel accord pour trois ans afin notamment d'«accélérer l'arrivée des nouveaux médicaments et des biosimilaires», s'est félicité lundi le gouvernement.

L'accord cadre signé entre les industriels et le comité économique des produits de santé (Ceps) «définit les modalités de négociation des prix des médicaments remboursables par la Sécurité sociale avec chaque entreprise», indiquent dans un communiqué les ministres de la Santé, de l'Economie, des Finances et le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert. Il permet au gouvernement de réguler les dépenses de santé dans un contexte budgétaire contraint tout en respectant la «priorité donnée aux relations conventionnelles avec les industriels» et en renforçant «les instances de concertation» entre les deux parties, précise le communiqué.

Vers moins d'«opacité»?

Ses signataires s'engagent à «accélérer l'arrivée des nouveaux médicaments et des biosimilaires en créant des dispositifs rapides d'accès au marché», à «renforcer la place de l'analyse médico-économique» ou encore à «prendre en compte les investissements en recherche et développement ou en production des entreprises en Europe» pour fixer les prix. Le gouvernement adressera «dans les prochaines semaines une lettre d'orientation» au nouveau président du Ceps, Maurice-Pierre Planel, nommé fin 2015.

>> A RELIRE. Pourquoi certaines médicaments atteignent des prix exorbitants?

Le président de la fédération des entreprises du médicaments (Leem) a de son côté salué dans un communiqué un accord «moderne et équilibré» prenant en compte «à la fois les impératifs de maîtrise budgétaire de l'Etat et la nécessité pour la France de se doter d'un cadre attractif en Europe pour les investissements en santé». Sollicité par l'AFP, le Leem n'a pas souhaité commenter le contenu de l'accord dans l'immédiat. Son président comptait s'exprimer sur le sujet mercredi lors de la cérémonie des voeux de l'organisation.

Le Ceps est chargé par la loi de fixer les prix des médicaments et les tarifs des dispositifs médicaux pris en charge par l'assurance maladie. Des associations de patients lui reprochent souvent son «opacité».

Mots-clés :