Illustration ordinateur
Illustration ordinateur - Damian Dovarganes/AP/SIPA

La façon dont nous prenons connaissance de nos mails, source majeure de stress au travail ? C’est en tout cas ce qu’ont mis en évidence des spécialistes du Future Work Centre de Londres, après avoir interrogé près de 2.000 professionnels britanniques sur leurs habitudes en matière de courriels.

Résultats des travaux, mis en ligne mardi 5 janvier par la British Psychological Society : contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas tant la quantité de messages reçus qui est néfaste à la santé des salariés, mais plutôt le comportement de ces derniers face à leurs mails.

La messagerie ouverte toute la journée pour 62 % des sondés 

En effet, le « push mobile » (le fait de recevoir ses mails en temps réel sur son smartphone) et la « consultation frénétique de la messagerie » seraient les plus importants facteurs de nervosité chez les travailleurs.

D’après les chercheurs, 62 % des sondés gardent pourtant leur messagerie ouverte toute la journée, tandis que près de la moitié indique recevoir ses mails en « push », empêchant toute coupure avec l’univers professionnel.

>> A lire aussi : Le stress au travail ferait baisser l’espérance de vie de 33 ans

Or, « les habitudes que nous développons, les réactions émotionnelles que nous avons envers des messages (…) deviennent une source toxique de stress qui pourrait avoir un impact négatif sur notre productivité et notre bien-être », rappelle le docteur Richard MacKinnon.

D’où l’importance, pour le spécialiste, de ne consulter sa messagerie que lorsque c’est réellement nécessaire, et de se réserver quelques moments de la journée sans « push » et sans accès à ses courriels.

Mots-clés :