Une adepte de la cigarette électronique
Une adepte de la cigarette électronique - Joe Raedle Getty

Appliquer une taxe sur les cigarettes électroniques serait contre-productif pour la lutte contre le tabagisme, a estimé mercredi l’Institut économique Molinari, un groupe de réflexion libéral. « La France se trouve à un point important dans l’évolution de la consommation du tabac et toute fiscalisation particulière de la cigarette électronique pourrait compromettre la lutte contre le tabagisme », avertit l’institut, alors que le gouvernement pourrait être tenté de taxer ces « e-cigarettes » pour « compenser des pertes fiscales liées à la baisse de consommation du tabac ».

A ce jour, seuls deux Etats aux Etats-Unis ainsi que l’Italie et le Portugal taxent la cigarette électronique, constate le think-tank, rappelant que « le gouvernement français avait envisagé l’introduction d’une taxe pour le budget 2014, mais l’idée fut rejetée » et que l’Union européenne « n’a pas à ce jour pris de décision ».

« Cadre fiscal privilégié »

« Le courage politique consisterait à reconnaître et à affirmer le rôle essentiel que pourrait jouer la cigarette électronique dans la lutte contre le tabagisme », poursuit-il. La « vapote », qui « produit des effets bien moins délétères sur le corps humain » que le tabac et est « un meilleur moyen pour arrêter de fumer que les substituts nicotiniques actuels », pourrait même bénéficier d’un « cadre fiscal privilégié », plaide l’Institut économique Molinari.

Le marché de la cigarette électronique français pesait pour 395 millions d’euros en 2014, dont les deux-tiers correspondent aux ventes de recharges liquides, selon une étude du groupe d’études de marché Xerfi, publiée en juillet. Le secteur représente ainsi « 2 % des ventes de produits dérivés du tabac ». Les experts sont divisés sur la cigarette électronique : certains la recommandent pour les fumeurs qui veulent arrêter la cigarette, tandis que d’autres et notamment l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estiment qu’elle risque d’inciter les jeunes à fumer.

Mots-clés :