Nutrition: Le « lait végétal » est dangereux pour les bébés

ETUDE A base de soja, de quinoa ou d’amande, ces « laits » peuvent créer chez les nourrissons un état de malnutrition…

20 Minutes avec agences

— 

Les autorités américaines de la concurrence reprochent à Nestlé de vendre du lait en poudre pour bébé en mettant en avant des bénéfices thérapeutiques non averés

Les autorités américaines de la concurrence reprochent à Nestlé de vendre du lait en poudre pour bébé en mettant en avant des bénéfices thérapeutiques non averés — Fred Dufour AFP

Ce qui est bon pour les adultes ne l’est pas forcément pour les nourrissons. Alors que les intolérants au lactose - et pas seulement eux - ne jurent que par le lait d’amande, de quinoa, de châtaigne ou encore de soja, la Société francophone nutrition clinique et métabolisme rappelle que ces « laits » ne doivent absolument pas rentrer dans l’alimentation des bébés. Ces produits, qui n’ont d’ailleurs de lait que le nom, seraient dangereux pour les enfants de moins d’un an.

Si le constat n’est pas récent, il mérite d’être à nouveau mis en avant. D’autant que le Dr Béatrice Dubern, pédiatre nutritionniste à l’hôpital Trousseau (Paris 12e), va, elle, jusqu’à parler de « maltraitance nutritionnelle ». Les douze premiers mois de la vie d’un nourrisson représentent une période de croissance intense et une étape capitale dans son développement. Ses besoins en lipides, calcium et protéines sont très importants et les « laits végétaux » ne peuvent en aucun cas y répondre, explique la pédiatre.

L’Anses « déconseille fortement » l’usage de ce qui n’est en fait que du jus de céréales

Si les parents, par effet de mode ou réelle intolérance alimentaire, peuvent remplacer le lait de vache par ces boissons végétales sans conséquences notables pour eux, l’utilisation exclusive de ces produits dans l’alimentation d’un bébé peut créer chez ce dernier un état de malnutrition avancé et potentiellement mortel. D’où un avis émis officiellement en mars par l’Agence nationale de sécurité des aliments (Anses), qui « déconseille fortement » l’usage de ce qui n’est en fait que du jus de céréales chez les nourrissons.

Il existe cependant des cas où ces boissons peuvent aider les nouveau-nés à supporter une intolérance aux laits maternels artificiels. Mais, comme le rappelle l’Anses, le produit utilisé doit alors être choisi et prescrit par un médecin.