Illustration d'une consultation chez le dentiste, depuis la bouche d'un patient.
Illustration d'une consultation chez le dentiste, depuis la bouche d'un patient. - Justin Quinnell/REX/REX/SIPA

On n’attend pas d’avoir les cheveux aux chevilles pour aller chez le coiffeur. Eh bien c’est à peu près la même chose avec le dentiste: mieux vaut ne pas laisser ses dents se recouvrir de tartre pour consulter. Pourtant, un Français sur deux (54%)* avoue ne pas avoir le réflexe du rendez-vous annuel en cabinet. Pire, 18% d’entre eux ne sont pas familiers du brossage quotidien. Réuni cette semaine à Paris à l’occasion du congrès de l’association dentaire française (ADF), un collectif de professionnels insiste sur les dangers potentiels d’une telle négligence, non seulement sur la santé bucco-dentaire, mais aussi sur notre santé générale.

«Notre métier ne se limite pas aux dents. On a un rôle à jouer dans tout ce qui est médical. La bouche est révélatrice de symptômes généraux», souligne le docteur Corinne Lallam. Pour elle, il est important de rappeler que le dentiste est un médecin à part entière, qui prend en charge le patient de façon globale. Et ce, même si la bouche est considérée comme le miroir de la santé générale depuis le XVIIIe siècle et le tri des esclaves.

«Les bactéries vont essaimer dans le corps»

Dans le panel des pathologies potentiellement décelables, les premières citées concernent les dents elles-mêmes. «Un tas de maladies génétiques s’expriment à ce niveau», embraye le professeur Jean-Christophe Fricain. On peut associer anomalies de l’émail (malformations, apparition de strates jaunes), avec une pathologie rénale.» Dans ce cas, le dentiste oriente le patient pour demander un examen complémentaire.

Le parodonte (tissu autour des dents et des gencives) reflète lui aussi de nombreux maux en lien avec le brossage quotidien de nos dents. Selon le docteur Lallam, une parodontite ou gingivite peut être liée à un risque de maladie cardiovasculaire: «Quand on a des bactéries sur les dents, on déclenche une réaction d’inflammation qui s’accroît et peut devenir chronique. Les bactéries vont essaimer dans le corps et se fixer de façon aléatoire sur des zones à risque. Ce choc va provoquer une réaction problématique sur le cœur.»

Diabète, tuberculose, syphilis

Par ailleurs, une gencive tuméfiée peut aussi être associée à une éventuelle leucémie. Un déchaussement dentaire important peut être révélateur d’un diabète et l’apparition d’ostéomes (lésions blanchâtres dans la mâchoire) est le signe d’une maladie génétique appelée syndrome de Gardner, dont la complication est un cancer du côlon. Du côté de la langue, certains signes ne trompent pas non plus. Les professionnels peuvent y déceler tuberculose, syphilis, ou une maladie auto-immune appelée pemphigus. De quoi relancer l’intérêt du brossage de dents biquotidien.

*Selon une étude Opinion Way réalisée sur un échantillon de 1.009 Français représentatifs de 18 ans et plus, sur Internet en juillet 2014.

Mots-clés :