Smartphone et bornes d'information: Rennes accélère sur sa solution d’autopartage

MOBILITES Le service City Roul' espère développer une solution de voiture à louer sans réservation...

Camille Allain

— 

Illustration d'un véhicule en autopartage, ici de la société City Roul', à Rennes.

Illustration d'un véhicule en autopartage, ici de la société City Roul', à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

  • La société d’autopartage City Roul' installe des bornes pour signaler ses stations.
  • Cinquante véhicules sont proposés à la location à Rennes.
  • Un système d’ouverture par smartphone est en cours de développement.
  • Cityroul' aimerait aussi créer du «free floating» permettant d’emprunter une voiture sans réservation.

Votre voiture vous coûte cher ? Essayez l’autopartage. A Rennes, la solution existe depuis quinze ans, mais elle demeure encore confidentielle pour une bonne partie des habitants. Pour gagner en visibilité, le service City Roul’vient d’installer des bornes d’information signalant chacune des 34 stations où ses véhicules sont garés. « La plupart des gens nous connaissent en voyant nos voitures. Mais quand elles sont sorties, rien ne permet de nous identifier. Nous voulions être plus visibles », explique Sandrine Cartier, chargée d’exploitation chez Cityroul’.

Créée sous forme d’association en 2002, la petite entreprise d’autopartage a été reprise en 2013 par la société d’économie mixte Citédia, qui gère déjà les parkings ou les équipements culturels comme le Liberté ou la patinoire. Elle compte actuellement 50 véhicules, de la petite citadine à l’utilitaire, proposés à la location pour une heure (pour environ quatre euros) ou plusieurs jours aux particuliers comme aux entreprises.

Ouvrez la voiture avec votre smartphone

Comptant 700 adhérents pour 1.200 conducteurs, la société a remis à plat sa politique tarifaire, ouvert les inscriptions en ligne et boosté sa communication en juin. Résultat ? Le nombre de nouvelles adhésions a bondi de 80 % depuis. Mais City Roul’ne compte pas s’arrêter là. « Notre objectif maintenant, c’est de dématérialiser un maximum pour permettre une adhésion plus facile. Nous manquons de rapidité, pour toucher par exemple les visiteurs occasionnels qui auraient besoin d’un véhicule lors d’un week-end à Rennes ». D’ici quelques semaines, l’ouverture des voitures sera possible avec un smartphone, évitant l’envoi d’une carte spécifique par voie postale.

En plus de sa solution d’autopartage, City Roul' pourrait se lancer en 2019 dans le « free floating », qui consiste à proposer des voitures à la location dans différentes zones de la ville et s’affranchit du système de réservation. « Avec leur téléphone, les clients peuvent localiser les véhicules à disposition autour d’eux et les emprunter quand ils veulent », poursuit Sandrine Cartier. Citédia doit pour cela négocier avec Rennes Métropole afin de pouvoir occuper des places de stationnement non réservées et obtenir un budget conséquent pour acheter de nouveaux véhicules.

« C’est beaucoup plus économique »

Paris, Lyon ou encore Bordeaux ont déjà opté pour cette solution de « location immédiate ». « Nos voitures s’adressent à des gens qui vont travailler à pied, en bus ou à vélo et qui n’ont besoin de leur voiture que de temps en temps. C’est beaucoup plus économique », conclut la représentante de City Roul’. Dans une étude, l’Ademe a estimé qu’une voiture coûtait en moyenne 8.000 euros par an.