Coupe du monde U17: Wilson Isidor-Mathis Picouleau, l'histoire d'un inséparable duo

FOOTBALL Les deux joueurs du Stade Rennais ont remporté leur premier match du Mondial avec l'équipe de France...

Jeremy Goujon

— 

Wilson Isidor et Mathis Picouleau à leur arrivée en Inde, en début de semaine.

Wilson Isidor et Mathis Picouleau à leur arrivée en Inde, en début de semaine. — Twitter Wilson Isidor

  • Originaires du Rheu (Ille-et-Vilaine), l'attaquant et le milieu de terrain se connaissent depuis l'enfance.
  • Les deux amis sont en Inde pour y disputer le Mondial de leur catégorie, en compagnie, notamment, d'un autre Rouge et Noir, Alan Kérouédan.

Christophe Picouleau a vécu un dimanche difficile. Non seulement sa formation, le SC Le Rheu - dont il est coach - s’est inclinée à Pont-Péan, mais en plus, il a loupé les débuts de son fils au Mondial U17, qui se déroule actuellement en Inde.

« J'ai la tête dans le cul, mais... »

On jouait effectivement depuis quelques minutes en Coupe de Bretagne, ce 8 octobre, lorsque Mathis Picouleau, milieu de terrain du Stade Rennais, remplaça le Lyonnais Maxence Caqueret au cours du prolifique Nouvelle-Calédonie-France (1-7). « J'ai la tête dans le cul (sic), mais je suis content pour les enfants », a réagi pour 20 Minutes Picouleau père, juste après l’élimination rheusoise.

Le technicien inclut ainsi l'attaquant Wilson Isidor, autre membre de l’Académie Rouge et Noir présent chez les Bleuets (le Finistérien Alan Kérouédan complétant le trio), et dernier buteur face aux Cagous. Il faut dire que notre interlocuteur connaît presque aussi bien le joueur convoité par la Juventus Turin que sa propre progéniture.

Comme des frères

« Mathis et Wilson étaient dans la même classe au départ : CP, CE1, etc, rembobine Christophe Picouleau, et ils se sont toujours suivis. Leur amitié est née comme ça. Étant du Rheu tous les deux, forcément, ça rapproche également. Et puis, on se rend parfois ses services entre parents aussi, donc ça se passe très bien. »

>> A lire aussi: VIDEO. Le Stade Rennais version U16 remporte la 44e édition du Tournoi de Montaigu

Ayant rejoint les rangs du SRFC à l’âge de neuf ans, les deux potes avaient auparavant signé leurs premières licences dans la commune limitrophe de la capitale bretonne. « C’est ici, au Rheu, que cela a commencé pour moi, expliquait récemment Mathis Picouleau auprès de Ouest-France. C’est ici que le foot est devenu ma passion. »

Ici c'est Le Rheu

« J’ai surtout commencé à jouer dans la rue, déclarait, lui, Wilson Isidor. Les voisins râlaient un peu, mais aujourd’hui, quand je les vois, ils me félicitent ! » Au Sporting aussi, on se réjouit de l’ascension du duo, quasi inséparable sur un terrain.

>> A lire aussi: Abdoulaye Dabo entre dans l'histoire du FC Nantes en passant professionnel à l'âge de 16 ans!

« Dans un premier temps, Mathis a toujours été un peu plus surclassé que Wilson, donc ils ne jouaient pas forcément toujours ensemble, se souvient Christophe Picouleau. Mais là, plus ils avancent dans l’âge, et plus c’est le cas [ils font partie de l’effectif de l’équipe C du Stade Rennais, laquelle évolue en Régional 1]. C’est une belle histoire, et nous, au club, on est très contents pour eux. Tout le monde ici suit un peu l’évolution de chacun, et en même temps, ça fait parler du Rheu, donc c’est très bien. »

Devant sa télé pour suivre le fiston

Pas de doute, le community manager made in Sporting sera encore au taquet mercredi et samedi, jours où la France, placée dans le groupe E de la Coupe du monde, affrontera le Japon et le Honduras (13 h 30, heure française, dans les deux cas).

Bonne nouvelle pour Christophe Picouleau : il sera, contrairement à ce week-end, « disponible pour les deux prochains matchs, sans problème ». Et en privilégiant, cette fois, l’aspect familial, « [j']espère que Mathis jouera le deuxième… »