Ligue 1: Guingamp «n'a pas retenu la leçon de Lyon» et craque face à Bordeaux (1-3)

FOOTBALL Les Bretons restent dans le ventre mou du championnat après cette 4e défaite de la saison... 

Clément Carpentier

— 

Marcus Coco au duel avec Youssouf Sabaly.

Marcus Coco au duel avec Youssouf Sabaly. — Nicolas Tucat

L’En Avant de Guingamp a pratiquement réalisé un copier-coller de son match à Lyon, il y a 15 jours. Malgré une performance plus que correcte à l’extérieur, les Bretons ont une nouvelle fois cédé en fin de rencontre face à Bordeaux (1-3).

>> A lire aussi : Ligue 1: Portés par des ailiers en feu, Bordeaux s'arrache face à Guingamp (3-1)

Toujours les mêmes maux…

Antoine Kombouaré avait un peu de mal à avaler la pilule : « Il y a de la déception, de la frustration. On n’a pas retenu la leçon de Lyon ! » Pourtant, l’entraîneur guingampais a encore vu son équipe proposée beaucoup de jeu. Avec à chaque fois, des excellents débuts de mi-temps : un penalty btenu au bout de seulement deux minutes de jeu (mais raté par Briand) et le but de l’égalisation dans le second acte avec Salibur.

Le penalty de Briand arrêté par Costil.
Le penalty de Briand arrêté par Costil. - Nicolas Tucat

Malheureusement, dans ce « match très ouvert et plaisant » dixit Jocelyn Gourvennec, les Bretons « ont baissé de pied physiquement et en plus, il y avait trop de déchets techniques » selon Antoine Kombouaré. « On n’a mal joué les coups. On n’a pas su concrétiser nos temps forts », regrette le buteur du soir.

… mais il y a des espoirs de guérison

Malgré cette 4e défaite de la saison dont trois à l’extérieur, Antoine Kombouaré sait que « son équipe n’est pas très loin à chaque fois. Il faut simplement qu’on gagne en constance dans ce genre de match car il y avait largement la place de mieux faire. » Comme au Parc OL…

En revanche, l’En Avant de Guingamp ne jouera pas tous les week-ends contre Paris, Nice, Lyon ou encore Bordeaux comme en ce début de saison. Pour l’instant, les Bretons sont à leur place (10e de la Ligue 1) et ils gagnent contre les équipes de « leur championnat » (Metz, Strasbourg et Lille). « Il ne faut rien lâcher et ne pas se décourager. Un jour, ce genre de match tournera en notre faveur », espère Yannis Salibur.