Rennes: Les panneaux publicitaires numériques ne plaisent pas à tout le monde

ENVIRONNEMENT Trente appareils seront installés par Clear Channel à partir de 2018…

Camille Allain

— 

Des panneaux publicitaires numériques devraient être installés non loin des Champs Libres, sur l'esplanade de Gaulle, à Rennes.

Des panneaux publicitaires numériques devraient être installés non loin des Champs Libres, sur l'esplanade de Gaulle, à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

  • Rennes Métropole a accepté l'installation de 30 panneaux publicitaires numériques.
  • L'annonceur Clear Channel espère ainsi relancer son marché.
  • Les écologistes dénoncent un gaspillage énergétique, la métropole répond que les installations seront peu gourmandes.

La décision a été prise avant l’été, lors d’un bureau restreint de Rennes Métropole. Sollicitée par l’annonceur Clear Channel, la collectivité votait en faveur de l’installation de 30 panneaux publicitaires numériques sur l’espace piéton rennais. « Une pollution visuelle » pour les élus écologistes de la ville, qui critiquent une décision « prise en catimini ».

>> A lire aussi: Comment Rennes va économiser 500.000 euros en remerciant Microsoft

« Rennes Métropole cède à la pression de Clear Channel », dénonce Matthieu Theurier, chef de file du groupe appartenant à la majorité. Dans un contexte publicitaire compliqué, l’annonceur aurait soumis l’idée à la collectivité afin de relancer ses ventes d'encarts. Dans le cadre de la délégation de service publique signée, Clear Channel verse chaque année de l’argent à la métropole pour installer ses panneaux sur la voirie.

La collectivité, qui avait interdit à un restaurant asiatique d’allumer un grand panneau lumineux de 10 m² en 2011, confirme l’installation prochaine de ces écrans, souvent à la place des panneaux existants. « Cela répond à un impératif de sobriété économique et écologique », avance Rennes Métropole, chiffres à l’appui. En un an, ces panneaux consommeraient 2,8 tonnes de papier, 32 km d’adhésif et 17.000 km de carburant pour les véhicules nécessaires au changement régulier des affiches. Les panneaux électroniques consommeraient eux 0,7kW/h pour une version double face.

« Nous n’avons pas besoin d’iPad géants »

Selon un calcul des écologistes, chaque panneau représenterait l’équivalent de la consommation d’un foyer de trois personnes. « Nous n’avons pas besoin de ça pour montrer que nous sommes une ville connectée », regrette Laurent Hamon, conseiller municipal délégué aux usages du numérique. L’élu s’inquiète surtout de voir la charte verte du numérique bafouée. Ce texte, voté en conseil d’agglomération, prévoit une baisse de 30 % des émissions carbone sur dix ans sur tous les supports d’information et de communication. « C’est un mauvais signal. Nous n’avons pas besoin d’iPad géants », soupire l'élu écolo.

L’installation de ces panneaux devrait démarrer début 2018 sur l’esplanade Charles de Gaulle et sur le mail François Mitterrand avant de se poursuivre en 2019 et 2020 « dans le respect des engagements du Grenelle de l’environnement », précise Rennes Métropole. La gare, la cité judiciaire ou encore République sont également en projet. Selon les informations de 20 Minutes, le seul écran numérique actuellement installé se situe dans la station de métro République.