A Quimper, le tribunal refuse que le petit Fañch garde son «tilde»

ETAT CIVIL Le petit garçon ne pourra pas porter son prénom avec un «ñ»…

Jérôme Gicquel

— 

Illustration d'un nourrisson dans une maternité.

Illustration d'un nourrisson dans une maternité. — DIDIER PALLAGES / AFP

Pour la justice, le petit Fãnch, né le 11 mai dernier à Quimper, devra s’appeler Fanch. Dans une décision rendue ce mercredi, le tribunal de grande instance a donné la raison à l’Etat en refusant que le petit garçon garde son « ñ tildé » sur son prénom, rapporte France 3 Bretagne. Pour l’administration française, la lettre « ñ » est en effet absente des signes diactriques autorisés dans l’état civil, au grand dam des parents du petit garçon et des militants de la cause bretonne.

La famille du petit garçon envisage des recours

Cette affaire a fait couler beaucoup d’encre depuis le refus en mai de l’état civil de Quimper de valider le prénom choisi par les parents de Fañch. Face à la polémique suscitée, la ville de Quimper avait finalement fait machine arrière en autorisant le petit garçon à garder son « ñ tildé ». « Il n’y a, à nos yeux, aucune raison, qu’elle soit juridique ou humaine, pour que Fañch soit privé du tilde qui orne son prénom », avait alors indiqué la ville.

>> A lire aussi : Lola-Poupoune, Merdive, Boghosse : Les prénoms les plus improbables donnés à des bébés

L’affaire aurait pu s’arrêter là si l’administration française ne s’était pas emmêlée. Le procureur de la République avait alors convoqué les parents devant le tribunal le 5 juillet pour examiner le fond du dossier. Pour ces derniers, la décision du tribunal de grande instance est un coup dur. Ils envisagent désormais des recours afin que leur petit garçon continue à s’appeler Fañch et non Fanch comme le réclame l’administration.