VIDEO. Vieilles Charrues: Comment Coreff s’est-elle préparée à livrer la bière par citerne?

FESTIVAL La brasserie bretonne est l’un des fournisseurs du plus grand festival de France…

Camille Allain

— 

Un homme et une femme partagent un verre de bière devant une scène du festival des Vieilles Charrues, en 2015.

Un homme et une femme partagent un verre de bière devant une scène du festival des Vieilles Charrues, en 2015. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Matthieu Breton n’a pas une minute à lui. Chaque année, à l’occasion des Vieilles Charrues, le patron de la brasserie Coreff est sollicité de toute part. Depuis la première édition, la petite entreprise locale fournit la petite kermesse créée en 1992 à Carhaix et devenue en vingt-cinq ans le plus grand festival de France.

>> A lire aussi : Un festival danois recycle l’urine des festivaliers pour fabriquer de la bière

La bière, le chiffre mystère des Vieilles Charrues

Aux côtés de Kronenbourg notamment, il brasse chaque année des milliers de litres de sa Coreff ambrée pour abreuver les quelque 280.000 festivaliers attendus. L’événement est devenu si gros que la bière est désormais acheminée par citerne de 10.000 litres, et envoyée dans les bars par des canalisations souterraines. Mais impossible de savoir combien de litres seront descendus pendant ces quatre jours de fête.

« Je peux simplement vous dire qu’on est très loin du Hellfest par exemple. Pour les Vieilles Charrues, les chiffres sont impressionnants, évidemment, mais c’est surtout lié à la masse de gens. Certains viennent avec leurs enfants, ce n’est pas une bringue pour tout le monde », confie le patron de la brasserie.

La Coreff ambrée affiche un honorable 4,7 degrés

On profite d’avoir le patron à disposition pour clarifier un autre point. Alors, elle est coupée à l’eau la bière en festival ? « Absolument pas, c’est même impossible techniquement. C’est une légende ». Matthieu Breton (oui, il porte bien son nom) reconnaît tout de même que certaines années, les préfectures ont demandé que la bière soit limitée à 2 degrés lors de certains gros événements, au lieu de 4,5 d’ordinaire. « Mais ça ne nous concerne pas. Nous sommes une microbrasserie, nous ne pouvons pas répondre à ce genre de demande. » La Coreff ambrée affiche ce week-end un honorable 4,7 degrés, comme chaque année.

>> Quiz: Connaissez-vous bien les Vieilles Charrues ?

Créée en 1995 par Christian Blanchard et Jean-François Malgorn, Coreff fut la première microbrasserie à se monter en France, alors même que le secteur se portait mal. Depuis ses débuts, elle a toujours fourni le secteur associatif du petit fest-noz de village aux plus gros événements. Panoramas, Le Bout du Monde ou encore les Rennais de Yaouank font appel à Coreff pour remplir leurs godets. « On travaille avec 1.200 associations ou sociétés de production. Cela représente un tiers de notre activité », explique Matthieu Breton.

En 2016, Coreff a produit 25.000 hectolitres de bière

De mars à octobre (c’est la bonne saison chantait Tryo), la brasserie tourne donc à plein régime. La trentaine de salariés reçoit alors le renfort d’une dizaine de saisonniers. Impossible cependant de faire trop de stock. « La bière à la pression est fraîche. Elle a moins de dix jours », poursuit le patron.

En hiver, Coreff s’applique donc à remplir le plus de bouteilles possible pour garder tous ses céréales pour la pression l’été. En 2016, la brasserie de Morlaix aujourd’hui installée à Carhaix a produit 25.000 hectolitres de bière. Voilà, vous savez tout. Yecʼhed mat !