Bretagne: Boris Le Lay, le blogueur ultranationaliste encore condamné à de la prison

JUSTICE Il a été reconnu coupable de provocation à la haine raciale ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Quimper…

Jérôme Gicquel

— 

Capture d'écran du compte Twitter de Boris Le Lay.

Capture d'écran du compte Twitter de Boris Le Lay. — Twitter

Déjà condamné à neuf reprises dans le passé pour des propos racistes, le blogueur ultranationaliste breton Boris Le Lay a écopé d’une nouvelle peine de prison de 32 mois ferme ce jeudi par le tribunal correctionnel de Quimper. Jugé en son absence, il a été reconnu coupable de nombreux délits comme « provocation à la discrimination, à la haine raciale et à la violence », « injures publiques et raciales » ou « menaces de mort », rapporte Ouest-France.

En fuite au Japon, il fait l’objet d’un mandat d’arrêt

Il a également été condamné à verser un total de 31.500 euros de dommages et intérêts aux parties civiles, parmi lesquelles le journaliste Guy Birenbaum, victime d’un tweet antisémite, ou la présidente du conseil départemental du Finistère, Nathalie Sarrabezolles. En fuite depuis plusieurs années au Japon, Boris Le Lay fait l’objet d’un mandat d’arrêt.

Il est à l’origine du site Breizh Atao dans lequel il poste régulièrement des articles et des vidéos ouvertement racistes. Fin mars, le site avait été déréférencé par le moteur de recherche Google suite à une nouvelle condamnation du blogueur. Il reste toutefois toujours actif en raison de son hébergement aux Etats-Unis.