Rennes: Pinte ou demi, la ville interdira tous les gobelets plastiques jetables en 2018

POLLUTION Un premier test sera mené à l’occasion de la Fête de la musique ce mercredi…

Camille Allain

— 

La ville de Rennes est en passe d'interdire les gobelets en plastique jetables. La solution pour les bars est d'investir dans des verres réutilisables. Ici au bistrot Les Grands Gamins.

La ville de Rennes est en passe d'interdire les gobelets en plastique jetables. La solution pour les bars est d'investir dans des verres réutilisables. Ici au bistrot Les Grands Gamins. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

  • Les gobelets jetables seront interdits pour la Fête de la musique
  • La mesure deviendra permanente en 2018 à Rennes
  • Les subventions aux associations pourraient baisser en cas de non-respect

Vous vous souvenez peut-être du triste spectacle que proposaient les festivals de musique il y a quelques années. Des poubelles qui débordent et surtout des milliers de gobelets vidés de leur bière qui jonchent le sol.

Aujourd’hui, tous les événements culturels, ou presque, ont recours aux gobelets réutilisables. Ce système ? souvent associé à une consigne d’un euro payée par le consommateur, sera testé ce soir dans tous les bars de Rennes à l’occasion de la Fête de la musique.

« Nous ne voulons plus voir de plastique traîner »

Pour que les établissements jouent le jeu, la maire a signé un arrêté municipal interdisant l’utilisation de gobelets jetables sur la voie publique. Cette nouvelle disposition deviendra même permanente dès 2018, faisant sans doute de Rennes la première ville française à prendre un tel engagement.

Des gobelets en plastique, ici laissés sur une pelouse du quartier du Blosne à Rennes, le 20 juin 2017.
Des gobelets en plastique, ici laissés sur une pelouse du quartier du Blosne à Rennes, le 20 juin 2017. - C. Allain / APEI / 20 Minutes

« Nous voulons laisser le temps aux bars de s’équiper de leurs propres gobelets. A terme, nous ne voulons plus voir de verres ou de barquettes en plastique traîner dans les rues. Nous avons une responsabilité en tant que citoyens », assume Benoît Careil, adjoint en charge de la culture. Un texte de loi prévoit des dispositions similaires au niveau national, mais il n’entrera pas en vigueur avant 2020.

Pour cette première, la ville a proposé aux bars de leur prêter un stock de verres et de prendre en charge le coût du lavage, géré par la société rennaise Esprit Planète. « Ce sera à eux de gérer la consigne, mais nous facturerons chaque gobelet manquant », poursuit l’élu écologiste. A terme, chaque établissement devra posséder son propre stock. « Aujourd’hui, ils reçoivent des cartons entiers de verres de leurs fournisseurs. Je suis sûr qu’ils n’auront aucun mal à obtenir gobelets réutilisables avec les brasseurs », glisse l’élu en souriant.

« C’est super-simple »

Propriétaires du très en vogue restaurant Les Grands Gamins sur le mail Mitterrand, Matthieu Horeau et son associé viennent d’investir 900 euros pour acquérir 2.000 verres réutilisables décorés aux couleurs du bistrot. Ils les sortiront pour la première fois ce soir. « C’est super simple à mettre en place. On a juste une caisse à gérer pour la consigne. Et puis si les gens le gardent, ça nous fait un peu de pub », assure Matthieu Horeau.

Il y a quelques années, Rennes Métropole avait investi dans une flotte de verres, qu’elle mettait à disposition des associations. Un dispositif qui a depuis été abandonné. « C’était trop compliqué à gérer d’un point de vue logistique. Il y avait trop d’allers-retours pour le lavage. On a donné les verres aux associations volontaires et elles gèrent elles-mêmes », justifie Benoît Careil.

Moins de subventions ?

Pour inciter ses associations à l’écocitoyenneté, la ville de Rennes réfléchit même à taper là où ça fait mal. Poussée par ses élus écologistes, la municipalité aimerait indexer le montant des subventions sur le bon comportement.

« On ne veut plus de barquettes de frites en plastique qui traînent dans nos rues mais certains organisateurs traînent à le comprendre », explique Benoît Careil. Ils devraient rapidement changer d’avis.