Stade Rennais: Gignac, Ibisevic, Aboubakar... C'est bien beau tout ça, mais on en fait quoi, de Giovanni Sio?

INFO «20 MINUTES» Le meilleur buteur rouge et noir de la saison 2016-2017 devrait quitter le club...

Jeremy Goujon

— 

Y'a encore du boulot pour le porté de Dirty Dancing.

Y'a encore du boulot pour le porté de Dirty Dancing. — J.-F. Monier / AFP

  • L'international ivoirien est sous contrat avec le SRFC jusqu'en juin 2018.
  • Il dispose de plusieurs portes de sortie, alors que le club breton a décidé de frapper fort au poste de n°9.

Quel est le point commun entre André-Pierre Gignac, Vedad Ibišević et Vincent Aboubakar, les trois pistes du Stade Rennais les plus bankables en termes d’avant-centre ?

Frei et le reste du monde

Ils ont tous réussi, à un moment de leur carrière respective, à marquer 15 buts (ou plus) sur une saison en championnat : quatre fois pour « Dédé » (dont trois en Ligue 1), deux pour le Bosnien (à chaque fois en Bundesliga), une pour l’attaquant camerounais (avec le FC Lorient en 2014).

>> A lire aussi: VIDEO. Dis le Stade Rennais, quand est-ce que tu vas être d’attaque?

À Rennes, cette performance n’a plus été réalisée depuis le légendaire Suisse Alexander Frei, auteur de 20 réalisations en L1 en 2004 et 2005 (meilleur scoreur de l’Hexagone cette année-là). Même s’il estimait dans les colonnes de 20 Minutes accomplir le meilleur exercice de sa carrière, le Franco-Ivoirien Giovanni Sio n’a ainsi pas échappé à la règle, n’inscrivant « que » neuf buts en 2016-2017.

Non pas un, mais deux nouveaux n°9 désirés

Un total certes suffisant pour finir meilleur goleador des Rouge et Noir, également supérieur ou égal à ceux de Moussa Sow (2009), Victor Hugo Montaño (2011) ou Nélson Oliveira (2014), précédentes « pointes » rennaises… mais au final trop décevant pour emporter l’adhésion.

>> A lire aussi: «Les critiques? De la gaminerie et de la jalousie» aux yeux de Giovanni Sio

À un an de la fin de son contrat, Sio, acheté 2,2 millions d’euros au FC Bâle en 2015 (au sortir d’une pige de cinq mois à Bastia), ne devrait donc pas faire de vieux os en Ille-et-Vilaine - d’autant que le SRFC, en quête d’un « nom », donc, pour tenir le rôle de n°9, cherche aussi une doublure à ce poste.

>> A lire aussi: «Je me sens très bien dedans», quand Giovanni Sio vante les mérites de son boxer révolutionnaire

Selon nos informations, le joueur formé au FC Nantes possède des touches en Championship (D2 anglaise), en Turquie et aux Émirats arabes unis, alors que son agent l’a proposé sans succès en Major League Soccer, l’élite nord-américaine. Giovanni Sio ne partira pas à moins de trois millions d’euros, somme voulue par le Stade Rennais.