VIDEO. Rennes: Des radeaux végétalisés pour habiller la Vilaine

ENVIRONNEMENT Le projet a été initié par des habitants dans le cadre du budget participatif…

Camille Allain

— 

Des radeaux flottants ont été végétalisés et installés sur la Vilaine, à Rennes. Ici avant leur départ vers la place de la République.

Des radeaux flottants ont été végétalisés et installés sur la Vilaine, à Rennes. Ici avant leur départ vers la place de la République. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

  • Des radeaux avec des plantes ont été installés sur la Vilaine
  • Ils seront testés six mois avant un plus grand déploiement
  • L'idée est d'embellir la rivière dans le centre-ville

Si la Vilaine offre de jolies balades sur ses berges, sa canalisation dans l’hypercentre de Rennes ne la met guère en valeur. Pour tenter de l’égayer, des habitants avaient eu l’idée d’installer des jardins flottants. Ce projet, retenu dans le cadre du premier budget participatif, s’est concrétisé mercredi avec la mise à l’eau de deux radeaux végétalisés.

Installés non loin de République, ils serviront de cobayes pendant six mois, avant de se multiplier sur 500 mètres en 2018. « Nous allons tester deux modèles. Nous voulons voir leur résistance au courant, à la montée des eaux et à l’environnement », explique Daniel Guillotin, adjoint à la ville en charge de l’écologie. Sur ces radeaux, des fougères ou des joncs viendront pousser dans de la mousse ou dans un substrat végétal.

>> En images: Rennes veut (enfin) dévoiler les charmes de la Vilaine

Cette idée de jardin flottant a germé il y a un an et demi dans la tête de Myriam Trellu. Cette habitante du quai Chateaubriand réside en appartement, et rêve depuis toujours de voir le centre-ville de Rennes se végétaliser. « Je voulais installer des jardins sur le toit de l’immeuble, mais c’est compliqué avec les règles de copropriété. J’ai alors eu l’idée de poser ces jardins sur l’eau », explique Myriam Trellu.

« Il ne faut pas en avoir honte »

Pour elle, la Vilaine « manque un peu de vie » dans le centre-ville. « Auparavant, il y avait des promenades, des lavoirs. Mais les usages ont changé et on a voulu la cacher. Je pense qu’aujourd’hui, il ne faut pas en avoir honte et la montrer », poursuit l’initiatrice du projet. Ce discours est régulièrement tenu par les élus de la ville, qui ambitionnent de « redonner de la place à l’eau ». Ce fut déjà le cas au bout du mail Mitterrand avec les jardins de la Confluence ou le long de la promenade des Bonnets Rouges. Ce sera bientôt le cas en plein cœur de ville.

Chicago s’y essaye aussi

Avant de mettre à l’eau ses radeaux, l’agence d’urbanisme de Rennes a même pris contact avec la ville de Chicago, qui mène une expérience similaire. « Cela paraît simple mais il faudra voir comment les plantes se comportent. Nous sommes en lien avec Chicago pour échanger nos retours d’expériences », conclut Daniel Guillotin. Financé dans le cadre du budget participatif, le projet est évalué entre 200 et 300.000 euros.