Les semaines se suivent et se ressemblent pour le Stade Rennais. Après avoir affronté l’AS Saint-Étienne (1-1) en l’absence de spectateurs à Geoffroy-Guichard (enfin presque), les Rouge et Noir s’apprêtent une nouvelle fois à disputer une journée de championnat dans un silence de cathédrale.

Du jamais vu selon Gourcuff

Contre Bastia, ce samedi (20 h), il n’y aura effectivement pas un chat à… Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), où la rencontre a été délocalisée en raison des sanctions prises à l’encontre du club corse.

>> A lire aussi: Le match de Ligue 1 entre Bastia et le Stade Rennais se jouera à Fos-sur-Mer, le 29 avril

« Je pense que c’est une première en France. Je ne me souviens pas avoir vu ou lu qu’une équipe avait joué deux matchs de suite à huis clos par le passé, déclarait Christian Gourcuff en conférence de presse, jeudi. On aura l’avantage de la première expérience, mais je ne suis pas sûr qu’elle puisse nous servir. »

« Ni gros trous, ni grosses bosses »

Au-delà de la double peine - terrain neutre + manque de supporters - c’est surtout l’état du gazon au Stade Parsemain qui inquiète l’entraîneur du SRFC. Alors que l’habituel occupant de l’enceinte concernée, l’Istres FC, évolue désormais en Division d’honneur régionale, Gourcuff estime ainsi que « la Ligue devrait obliger, dans ce cas de figure, à faire jouer le match chez un club professionnel, pour avoir des garanties sur la pelouse. On aurait pu jouer à Nice, par exemple. »

« Je comprends son ressenti, affirme auprès de 20 Minutes Aziz Barbachi, coach du FC Rousset SVO, escouade figurant dans la même poule qu’Istres. La pelouse était très correcte quand on y a joué [le 22 avril], il n’y avait ni gros trous, ni grosses bosses… mais c’était à notre niveau. En tant qu’amateurs, on n’a pas à se plaindre d’un terrain comme ça. Les pros, eux, sont forcément plus exigeants. Mais ce n’est pas le terrain de Parsemain qui va faire perdre l’une des deux équipes demain [ce soir]. »

Et le Mistral gagnant ?

Histoire de rassurer davantage, le technicien du FA Val Durance Mohamed El Marbouh, en visite à Fos-sur-Mer au début du mois, abonde dans le sens de son homologue méditerranéen. « La pelouse était très bonne, bien qu’un tout petit peu haute à mon goût. Si elle est tondue et arrosée avant le coup d’envoi de Bastia-Rennes, elle sera parfaite [l’herbe est à la fois entretenue par une société privée et des agents municipaux]. »

>> Les prévisions de Météo France pour Fos-sur-Mer, actualisées le 28 avril à 14 h 58 :

Les conditions climatiques s'annoncent bonnes pour Bastia-Rennes.
Les conditions climatiques s'annoncent bonnes pour Bastia-Rennes. - Météo France / Capture d'écran 20 Minutes

L’aire de jeu ne devrait donc pas poser de problèmes aux acteurs de L1, même si l’entraîneur istréen Mathias Lozano, également interrogé par nos soins, vient apporter un bémol. « Le petit souci, c’est le Mistral. Il a soufflé ces trois-quatre derniers jours, ce qui a eu une influence sur la dureté du terrain. Ce dernier est bon en surface, plus dur en profondeur. Au moins, le vent devrait baisser à l’heure du match. Étant donné la configuration de Parsemain, c’est pratiquement impossible de jouer quand il y en a, surtout quand vous êtes contre. »

A lire aussi: Pourquoi jouer à huis clos à Saint-Étienne n'enthousiasmait guère le Stade Rennais

Dans ce contexte, la formation qui cherchera le plus à défendre « rencontrera moins de difficultés que celle voulant avoir la possession du ballon », estime Lozano. Lequel ne souhaite finalement qu’une chose : « J’espère qu’ils ne vont pas trop abîmer notre pelouse avec de nombreux tacles. Parce que nous, on a encore des matchs à domicile derrière… »