Présidentielle : «Il n’y a que les mouvements citoyens qui feront changer les choses», estime Charlotte Marchandise

POLITIQUE Malgré son échec à obtenir les 500 parrainages d’élus, l’élue rennaise va poursuivre son combat politique…

Jérôme Gicquel

— 

Charlotte Marchandise le 8 décembre 2016 lors d'une réunion à Strasbourg.

Charlotte Marchandise le 8 décembre 2016 lors d'une réunion à Strasbourg. — Patrick Hertzog / AFP

Elle ne sera pas la première femme élue présidente de la République. Candidate du mouvement citoyen LaPrimaire.org, Charlotte Marchandise n’aura même pas l’honneur d’être présente au premier tour de l’élection présidentielle le 23 avril. Selon le décompte officiel publié samedi par le Conseil constitutionnel, l’adjointe à la ville de Rennes en charge de la santé n’a obtenu que 135 parrainages d’élus, loin des 500 requis pour pouvoir se présenter à la fonction suprême.

>> A lire aussi : Onze candidats en lice pour l'élection présidentielle

« Même si on savait que cela allait être compliqué, on était vraiment motivé pour aller au bout de l’aventure. C’est juste dommage de ne pas avoir eu plus de temps », regrette Charlotte Marchandise, qui se refuse pourtant à parler d’un échec. « Cela reste une très grande fierté d’avoir obtenu ces 135 parrainages, c’est plus que certains candidats qui ont déjà occupé des fonctions ministérielles », poursuit l’élue rennaise, encore plus motivée par sa démarche « de faire de la politique autrement ».

Faire alliance pour les législatives

« J’ai entendu beaucoup d’écœurement pendant cette campagne. Les gens sont très embêtés et ne savent pas pour qui ils vont voter, ce qui est d’ailleurs mon cas », indique Charlotte Marchandise, qui ne donnera pas de consigne de vote aux militants de LaPrimaire.org. « Il n’y a que les mouvements citoyens de toute façon qui peuvent faire changer les choses et pas ce système de l’Homme Providentiel qui ne marche plus. On le voit car les gens commencent à bouger, notamment au niveau local, avec plein d’actions citoyennes qui se mettent en place et redonnent vie à la démocratie », assure l’élue rennaise de 42 ans, qui réfléchit désormais à la suite à donner à cette aventure présidentielle.

« Je vais discuter dans les prochains jours avec les mouvements qui représentent la relève citoyenne comme le Parti Pirate, Nouvelle Donne, Europe Ecologie et même La France insoumise en vue des législatives. Si c’est moi qui arrive à fédérer tout le monde, alors tant mieux. Mais si quelqu’un d’autre est le mieux placé pour réussir à cette alliance, alors je lui laisserai volontiers la place », assure-t-elle.