VIDEO. Elevage de porcs dans le Finistère: Nouvelle vidéo-choc de L214, Triskalia évoque une «situation exceptionnelle»

MALTRAITANCE ANIMALE L'association L214 a diffusé une vidéo montrant des faits de maltraitance sur des porcs...

C.A.

— 

Image prise par l'association L214 dans un élevage de porcs du Finistère.

Image prise par l'association L214 dans un élevage de porcs du Finistère. — L214

« Cette situation est exceptionnelle. Le manque de nettoyage des bâtiments montré sur les images n’est absolument pas représentatif des élevages de porcs en France ». La coopérative Triskalia n’a pas tardé à réagir à la vidéo de l’association L214. Diffusé ce jeudi matin, le document montre un élevage intensif de porcs situé dans le Finistère. Un élevage où les cochons sont forcés de vivre parmi les cadavres de leurs congénères en putréfaction.

Une surcharge de travail

L’éleveur, qui a racheté l’exploitation en 2013, est membre de la coopérative bretonne Triskalia, l’un des plus gros producteurs de porcs français (deux milliards de chiffre d’affaires en 2015). La société explique que «la surcharge de travail a amené l’éleveur à se concentrer sur les soins et l’alimentation des animaux au détriment de l’entretien général des porcheries».

Agé de 29 ans, l’agriculteur travaillait seul depuis le rachat de l’exploitation, un élevage de 130 truies avec 80 hectares de terres. «Compte tenu de la conjoncture difficile, l’éleveur a fait le choix de travailler seul, sans embaucher de salarié, afin de limiter ses charges». La filière porcine subie une crise profonde depuis plusieurs années. Le cours de la viande,  établi au marché du Cadran à Plérin (Côtes d’Armor), ne permet pas aux éleveurs de se dégager un revenu.

Une inspection dès aujourd’hui

Le préfet du Finistère a fait savoir qu’une inspection du site devrait être menée ce jour par la Direction départementale de la protection des populations «pour établir la réalité des faits dénoncés». Triskalia annonce de son côté qu’elle mettra «un plan d’actions pour accompagner l’éleveur».