Premier bateau 100% écolo, Energy Observer prépare son tour du monde

ENVIRONNEMENT Le « Solar Impulse des mers » est en cours de construction à Saint-Malo…

Jérôme Gicquel

— 

Le projet Energy Observer est porté par le réalisateur Jérôme Delafosse et le navigateur Victorien Erussard.

Le projet Energy Observer est porté par le réalisateur Jérôme Delafosse et le navigateur Victorien Erussard. — Jérémy Bidon / Energy Observer

A l’abri des regards sous un grand chapiteau, le catamaran Energy Observer poursuit sa transformation à Saint-Malo. D’ici le printemps, cet ancien bateau de course, qui a remporté le trophée Jules Verne en 1994 avec Sir Peter Blake aux commandes, sera mis à l’eau dans le port malouin avant de rejoindre Paris pour son baptême officiel. Un long périple de six ans avec 101 escales prévues dans 50 pays attendra alors l’Energy Observer, décrit par ses concepteurs comme «  le Solar Impulse des mers ».

« Ce sera le premier bateau autonome en énergie qui avancera sans émission de carbone, sans particules fines et sans polluants », indique Victorien Erussard, coureur au large qui porte le projet avec le réalisateur Jérôme Delafosse. Pour avancer dans son tour du monde, le bateau, qui mesure 30,5 mètres de long et 12,80 mètres de large, sera propulsé à l’hydrogène, produit directement à bord à partir d’eau de mer, et aux énergies renouvelables. Il sera ainsi équipé d’éoliennes, de panneaux photovoltaïques et d’un désalinisateur.

Lutter contre le réchauffement climatique

« Ce bateau est un symbole de la transition énergétique car nous allons explorer les océans sans laisser de trace derrière nous. On profitera aussi des escales pour porter un message positif sur les énergies renouvelables qui représentent l’avenir afin de lutter contre le réchauffement climatique », poursuit Victorien Erussard, comparant l’Energy Observer à « la Calypso du XXIe siècle ».

Image de synthèse du bateau Energy Observer naviguant dans les eaux polaires.
Image de synthèse du bateau Energy Observer naviguant dans les eaux polaires. - Kadeg Boucher / Energy Observer

Parrainé par Nicolas Hulot et Florence Lambert, directrice du laboratoire d’innovation CEA-Liten, débutera son périple en 2017 avec un tour de France, avant de mettre ensuite le cap vers le Méditerranée (2018), l’Europe du Nord (2019), les Amériques (2020), l’Asie et l’Océanie (2021) et l’Afrique (2022).

L’expédition participera à de grands événements internationaux sur le thème du développement durable et fera étape dans plusieurs lieux où les écosystèmes sont menacés. « On va aussi tourner une série de documentaires en utilisant un drone, la réalité virtuelle ou l’immersion à 360° pour faire d’Energy Observer un véritable média », souligne Victorien Erussard.

>> A lire aussi : La Calypso du commandant Cousteau repart pour de nouvelles aventures