« Nous, supporters du Stade Rennais, ne comprenons pas cette décision symbole d’une gestion petite, voire minable, [et] souhaitons exprimer notre profond mécontentement quant à cette pratique dont le club est coutumier. » Malgré la large qualification en 16es de finale de la Coupe de France, le déplacement du SRFC à Biarritz, le 8 janvier, n’a pas fait que des heureux en Ille-et-Vilaine.

Exercice de calcul mental

Le nœud du problème ? Le versement d’une partie, et non la totalité, de la recette brute perçue par la formation de Ligue 1 aux amateurs basques. Sur les 33.000 euros revenant de droit à Rennes, « seulement » 18.000 ont ainsi fini dans les poches de la Jeanne d’Arc.

Devant ce qu’ils considèrent comme une injustice, certains fans rouge et noir ont donc décidé de créer une cagnotte en faveur du pensionnaire de DH, sur le site de crowdfunding Leetchi. Récupérer une part ou le tout d’une somme liée à chaque match de Coupe (selon le règlement édicté pat la FFF), quel que soit le niveau des protagonistes, est pourtant monnaie courante dans le milieu.

Le président biarrot est déçu, mais…

Cela n’empêche pas le président de la JA Biarritz André Salva, joint ce mardi par 20 Minutes, d’exprimer sa déception. « C’est exactement le terme, déclare le dirigeant. Ils nous ont battus sur le terrain, très bien. Mais ils sont assurés d’une rentrée d’argent encore plus importante au prochain tour, d’autant qu’ils recevront le PSG. Vu la différence de standing, ils auraient donc pu avoir ce geste élégant, mais on ne va pas en faire une maladie non plus. Ils auraient pu ne rien nous laisser, et on n’aurait rien eu à dire ! »

>> A lire aussi : Après Biarritz, le Stade Rennais hérite du PSG en 16es de finale

Les 18.000 € reversés par les Rouge et Noir s’ajoutent par conséquent aux 50.000, environ, touchés de droit par leur hôte dominical. En ôtant les frais d’organisation, mais en ajoutant la prime inhérente à ce stade de la compétition, on obtient « en gros le quart de [notre] budget », précise Salva, amusé par la démarche des supporters adverses : « C’est sympa qu’il y ait des gens à réagir comme ça ».

Quand les gros aident les petits

Alors que le pactole empoché par Biarritz va permettre au Petit Poucet « d’aborder les prochaines saisons avec moins de stress sur le plan financier », le Stade Rennais éteint également le début de polémique.

« Les deux présidents [René Ruello d’un côté, Pierre Richard - président omnisports de la JAB, de l’autre] se sont entendus sur le sujet, pose le directeur de la communication Sébastien Guéguen, interrogé par nos soins. 18.000 euros, déjà, c’est pas mal, sachant que les 15.000 restants ne couvrent même pas la moitié des frais de déplacement du SRFC. Ce que les clubs amateurs savent aussi, c’est que le football professionnel contribue très largement au développement du foot amateur [via la taxe Buffet sur les droits TV, et le protocole d’accord entre la FFF et la LFP]. »

Le Stade de France, ça coûte cher

Quant à la cagnotte lancée sur le Web, Guéguen l’estime « plutôt drôle », tout en faisant le constat suivant : « On nous reprocherait dans l’autre sens nos largesses financières si on était de mauvais gestionnaires. Que viendraient alors nous dire les supporters du Stade Rennais ? »

Toujours est-il qu’à l’écriture de ces lignes, 100 euros auront été récoltés au profit des amateurs biarrots, à 26 jours de la fin de l’opération. Rennes, lui, a peut-être mis ses 15.000 € de côté pour tenir la promesse de Romain Danzé